/entertainment/events
Navigation
Wall Street Journal

Les Américains s’intéressent à la poutine

Les Américains s’intéressent à la poutine
Getty Images/iStockphoto

Coup d'oeil sur cet article

L’un des plus grands quotidiens américains – et l’un des plus sérieux –, le Wall Street Journal a publié un long texte dans lequel il constate que la poutine, cette création québécoise, connait un essor important aux États-Unis.

L’un des plus grands quotidiens américains – et l’un des plus sérieux –, le Wall Street Journal, a publié un long texte dans lequel il constate que la poutine, cette création québécoise, connait un essor important aux États-Unis.

Le quotidien s'est donc donné comme mission de trouver la meilleure poutine au pays d'origine de la poutine, le Québec.

Le pigiste du Wall Street Journal, Adam Leith Gollner, – qui est d'origine québécoise – s’est posé toutes ces questions dans le cadre de la «Poutine Week». Il a aussi parcouru plusieurs régions de la province à la recherche de la meilleure poutine d'ici.

Selon lui, il y a plusieurs variations possibles de poutine tous différentes les unes des autres. Et ceci est particulièrement vrai au Québec. « Tout ça peut paraître un peu dégoûtant, mais je peux vous le confirmer, en tant que Québécois, qui a grandi en faisant de la poutine comme collation après l’école, qu’une bonne poutine est souvent une mauvaise poutine. »

Pour faire une bonne poutine ça ne prend que trois ingrédients, mais il s’avère souvent difficile de trouver les bons. « Le fromage doit être super-frais, les frites cuites et la sauce brune doit absolument être fait maison. Plusieurs restaurants utilisent de la sauce en poudre, mais les meilleurs endroits ont des sauces qui pourraient être servis avec un rôti de côtes. Leurs recettes sont toujours gardées secrètes, ce qui rend probablement le tout meilleur. »

Parmi ces trois ingrédients, le fromage est souvent celui qui pose le plus de problèmes aux commerçants. « Le vrai fromage du Québec arrive dans des sacs en plastiques », explique Hugue Dufour, chef au M.Wells Steakhouse, qui en vertu de son passé Québécois fait l’une des meilleures poutines de New York. « Le fromage devrait être tellement grinçant qu’il devrait continuer de l’être dans votre ventre une fois la poutine mangée. Vous ne trouverez jamais ce fromage à New York, ni même à Montréal », rajoute-t-il.

Fait à noter, le journaliste a dû expliquer au public américain la définition du slogan du célèbre restaurant de Granby: Chez Ben, «On s'bour la bedaine»… « C'est là que les cochons vont pour s'engraisser », explique-t-il.


La liste des restaurants québécois visités par le Wall Street Journal:

Le Roy Jucep | 1050 Boulevard Saint-Joseph, Drumondville

Chez Ben, on s'bour la bedaine | 599 Rue Principale, Granby

Boîte à Poutine | 7520 Boulevard Lacroix, Saint-Georges

Dépanneur Poutine Hériot | 452 Rue Hériot, Drummondville

Casse-Croûte Chez Nancy | 448 Principale, Saint-Honoré-de-Shenley

Cal's Pizza | 6193 Labelle, Val-Morin

Bingo Rive-Sud | 50 Route Kennedy, suite 180, Lévis

Fromagerie Victoriaville | 101 rue de l'Aqueduct, Victoriaville

 

Commentaires