/news/consumer
Navigation
Loto-Québec | Salons de jeux

Les salons de jeux font perdre 20 M$

Les installations sont un véritable gouffre financier pour la société d’État

Les salons de jeux font perdre 20 M$

Coup d'oeil sur cet article

Les salons de jeux de Loto-Québec ne sont toujours pas rentables. Depuis leur ouverture, à l’automne 2007, ils ont fait perdre plus de 20 millions $ à la société d’État.

Les salons de jeux de Loto-Québec ne sont toujours pas rentables. Depuis leur ouverture, à l’automne 2007, ils ont fait perdre plus de 20 millions $ à la société d’État.

Les données obtenues par Le Journal selon différents documents de crédits budgétaires du ministère des Finances montrent que les deux salons de jeux se sont avérés un véritable gouffre financier pour la société d’État au cours des six dernières années.

À l’origine, les Salons de jeux de Québec et de Trois-Rivières (appelés alors Ludoplex) devaient rapporter des revenus annuels d’au moins 25 millions $ pour atteindre leur seuil minimal de rentabilité. Ce qui n’a jamais été le cas.

Pour construire les salons de jeux de Québec et de Trois-Rivières, Loto-Québec a notamment dû dépenser la somme rondelette de 65 millions $.

À Québec, la construction du salon de jeux sur le site d’Expo-Cité a coûté 33 millions $ à la société d’État. À Trois-Rivières, Loto-Québec a injecté 32 millions $ pour ériger son Ludoplex sur le boulevard des Forges.

Jamais rentables

En 2008-2009, les pertes combinées des salons de jeux ont atteint 10 millions $. Cette année-là, le Salon de jeux de Trois-Rivières a perdu à lui seul 6,6 millions $.

Il y a trois ans, les pertes annuelles des deux entités ont atteint 3,4 millions $, alors qu’en 2010-2011 le manque à gagner s’est élevé à 1,2 million $.

Loto-Québec refuse de commenter les pertes encourues par les salons de jeux depuis leur ouverture.

«On reconnaît toutefois que le début des salons de jeux a été difficile. On travaille très fort pour les rentabiliser et nous croyons être sur la bonne voie», a indiqué la porte-parole de la société d’État, Marie-Claude Rivest.

Loto-Québec soutient que le Salon de jeux de Québec est rentable depuis deux ans, alors que celui de Trois-Rivières pourrait l’être très prochainement.

Or, d’ici à ce qu’il soit rentable, ses résultats négatifs viennent plombés les bénéfices du Salon de jeux de Québec.

Revenus

Selon les résultats financiers déposés il y a 10 jours par Loto-Québec, les revenus du Salon de jeux de Trois-Rivières ont progressé de 12% (à 7,5 millions $) au cours des neuf premiers mois de l’année 2013-2014.

À Québec, le chiffre d’affaires du Salon de jeux a de son côté bondi de 34% durant la même période, à 15,2 millions $.


Les Ludoplex en chiffres 

Salon de jeux de Québec
  • 335 appareils
  • 15,6 M$ 
  • Revenus 2012-2013 (-3,5 %)
Salon de jeux de Trois-Rivières
  • 200 appareils 
  • 8,7 M$ 
  • Revenus 2012-2013 (+10 %)

 

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.