/opinion/columnists
Navigation

On préfère les menteurs

Coup d'oeil sur cet article

Les avis juridiques sur le projet de charte des valeurs n’auraient jamais existé. Bernard Drainville serait donc un menteur. Vous êtes surpris, vraiment?

Les avis juridiques sur le projet de charte des valeurs n’auraient jamais existé. Bernard Drainville serait donc un menteur. Vous êtes surpris, vraiment?

J’ai toujours pensé qu’en politique, le mensonge était une activité légale. Pire encore, je crois que les politiciens nous mentent parce que c’est ce qu’on attend d’eux.

Le mensonge politique est légal

Nous vivons dans une démocratie où tous sont censés être égaux devant la loi… sauf pour le mensonge.

Si un citoyen fait un faux témoignage devant un tribunal, il sera poursuivi pour parjure. S’il tient des propos mensongers qui portent atteinte à l’honneur d’un tiers, il sera condamné pour diffamation et devra dédommager sa victime.

Il en va autrement pour nos politiciens: ils ont droit à l’irresponsabilité, voire au parjure et à la diffamation. Lorsqu’ils siègent à l’Assemblée nationale, ils disposent de cette immunité parlementaire qui leur permet d’exercer librement leurs fonctions sans se soucier de la vérité.

L’honnêteté est pénalisée

En politique, la canaillerie n’est pas que légale, elle est aussi une obligation imposée par les partis politiques. La ligne de parti peut être impitoyable envers l’honnête politicien.

Ainsi, un élu fidèle à ses convictions, qui s’oppose à la position officielle de son parti se fera rabrouer par son chef, traité de paria par ses collègues, si ce n’est exclure du parti. Parlez-en à Fatima Houda-Pepin qui, pour rester fidèle à ses principes, siège désormais dans son salon après 20 ans de loyaux services au Parti libéral du Québec.

Pendant ce temps, des ministres influents du Parti québécois auraient passé sous silence leurs réticences envers le projet de loi 60 et appuyé aveuglément M. Drainville. Ne sont-ils pas complices de la malhonnêteté dont on accuse ce dernier?

Nous aimons les menteurs

Un politicien est comme avec un vendeur d’automobiles d’occasion: on sait d’avance qu’il cherchera à nous vendre un tas de ferraille en lui attribuant les qualités d’une Ferrari. Par contre, si les consommateurs ont appris à se méfier des vendeurs de «citrons», ils aiment les politiciens qui leur mentent.

Les finances publiques sont mal en point? Entre le candidat qui dit la vérité en proposant de draconiennes mesures d’austérité et celui qui vous promet de générer de la richesse en créant 250 000 emplois, soyez assuré que ce sera le second qui remportera l’élection. Et ce, même si les économistes répètent depuis des lunes qu’un gouvernement ne peut créer d’emplois ni de richesse.

En somme, les politiciens nous mentent parce que nous ne voulons pas entendre la vérité. Aussi, ce n’est que le jour où les électeurs valoriseront l’honnêteté et pénaliseront le mensonge que l’on mettra fin aux inepties politiciennes.

D’ici là, cessons de jouer les vierges offensées. L’erreur de Bernard Drainville n’est pas d’avoir menti, c’est plutôt de s’être fait prendre en flagrant délit.

Soyons sérieux, si on installait un détecteur de mensonges aux portes de l’Assemblée nationale, on n’atteindrait probablement pas le quorum…

Commentaires