/misc
Navigation

«LE» champ de bataille

Coup d'oeil sur cet article


t187

Je viens de terminer la lecture du livre « Les champs de bataille, histoire et défis de l'agriculture biologique au Québec » par Roméo Bouchard avec Les Éditions Écosociété. L'auteur n'a presque plus besoin de présentation, depuis qu'il a cofondé l'Union paysanne en 2001 et mené bien des luttes pour redonner à l'agriculture du Québec un visage réellement humain. Je connais donc bien l'auteur pour avoir travaillé avec lui pendant plus de cinq ans.

Il représente selon moi l'une des meilleures plumes que je connaisse, point. Dotée d'une grande capacité de synthèse et de vulgarisation, l'écologie québécoise a grandement profité de sa grande passion : la terre et les gens qui la cultivent.  Ceux qui ont subi ses foudres écrites l'ont trouvé trop acide, dure quant à sa vision de l'agriculture moderne.

Les 20 prochaines années nous diront si Roméo Bouchard fut alarmiste ou trop acide. Personnellement, si vous lisez mes blogues vous devinez ma position. Il fait partie des précurseurs. Pas un alarmiste, mais un sonneur d'alarme et un allumeur de réverbères.

Son dernier livre est dans la même veine et touche à un quasi tabou, « La production biologique au Québec demeure marginale et stagne » Roméo Bouchard met la plume au bon endroit, là où ça dérange. Les chiffres qu'il cite, les liens qu'il fait, je les connais. Il fallait les mettre en lien et avoir le culot de les rassembler dans un écrit. Ce livre le fait.

Il couvre donc les origines du mouvement bio québécois, ce qui lui a permis d'émerger, les pionniers, les rendez-vous manqués, le manque d'estime du milieu et les pistes de solutions. Par le style vif, de l'écriture et le ton souvent mordant on s’approche du pamphlet. On peut presque parcourir les 115 pages dans une seule soirée. On réalise en le terminant que la stagnation du bio, s'applique en fait à tout le modèle agricole québécois qui demeure prisonnier des années 70. Le rapport Pronovost, que Roméo Bouchard cite dans le livre, demeure la plateforme qu'il faut mettre en application pour sortir de la paralysie actuelle. Vous pouvez le consulter facilement sur le Net.

Ce n'est donc pas un roman que vous aurez entre vos mains, mais un livre utilitaire. Un livre aratoire fait pour creuser un sillon et y déposer les semences. La plante lève déjà et ce sera aux jeunes générations comme la mienne de se servir d'un livre comme celui de Roméo Bouchard pour faire pousser un jardin à la place des déserts de maïs.

P.s: N'hésitez pas à découvrir et redécouvrir les Éditions Écosociété,  la maison phare en terme de lecture qui font réfléchir.

1 commentaire(s)

ghislaine fortin dit :
9 mai 2014 à 15 h 36 min

J'aime beaucoup le style d'écriture de M. Bouchard. Je le considère comme un visionnaire en ce qui a trait à l'agriculture mais hélas, nul n'a jamais été prophète en son pays. Le lobby de l'UPA écrase tout sur son passage y compris les producteurs que ce syndicat est censé protéger. Malgré divers rapports Pronovost, Fortin, St-Pierre etc. etc. tout perdure.......il n'y aura pas qu'un mur financier au Québec!!!