/news/society
Navigation
Franco-Américains

Préserver la culture

Coup d'oeil sur cet article

Après la destruction de Little Canada à Lowell, le Franco-American Day Committee a été créé pour tenter de préserver la culture. Le groupe a commencé à organiser une fête de la Saint-Jean-Baptiste en 1971.

Après la destruction de Little Canada à Lowell, le Franco-American Day Committee a été créé pour tenter de préserver la culture. Le groupe a commencé à organiser une fête de la Saint-Jean-Baptiste en 1971.

«C’est devenu si gros que les festivités durent maintenant une semaine et on met un an à tout organiser», dit Kevin Roy, 45 ans, président du comité.

La ville a célébré l’été dernier sa 43e Semaine franco-américaine. Au programme: messe en français, drapeaux américain et québécois hissés devant la mairie, festival de films québécois, souper de fèves et jambon dans un sous-sol d’église, cours de danse quadrille, soirée de bingo et concert de musique de la famille Leblanc.

Le comité organisateur se fait vieillissant, la moyenne d’âge est de 70 ans. Kevin Roy a été choisi même s’il ne parle pas français puisqu’il connaît mieux l’histoire du Québec que quiconque en ville.

La langue ne lui a pas été transmise par ses parents, mais la curiosité de l’héritage, oui. Il a nommé ses quatre enfants Gabrielle-Marie, Michelle-Victoria, Jacqueline-Thérèse et Joseph Chanel.

Ils fréquentent l’école Franco-American, une école catholique privée gérée par les Sœurs de la Charité de Québec. Dans les années 1950, l’école a cessé d’enseigner en français.

La directrice, sœur Lorraine, retourne au Québec chaque été. En 1908, l’école a été transformée en orphelinat pour Canadiens français et ce, jusque dans les années 1960. Jackie Onassis, qui parlait très bien français, les visitait souvent. On retrouve une photo d’elle dans l’entrée.

Comme tout bon Franco-Américain, Kevin Roy est très religieux. Il a perdu sa langue, mais pas sa foi. Il estime le pourcentage de catholiques pratiquants à Lowell à 26 %. «C’est beaucoup moins qu’avant, mais sûrement plus qu’au Québec!» dit ce Franco-Américain de 4e génération.

Commentaires