/entertainment/shows
Navigation
Québec Issime

Exporter son savoir-faire

SAG-ART-RETOUR-QUEBECISSIME
Québec Issime propose, depuis plusieurs années, la production Décembre à la Place des Arts de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

La production «made in Saguenay» Québec Issime a bien su gérer son succès puisqu’elle exporte maintenant ses spectacles dans d’autres villes de la province.

Avec son chiffre d’affaires de 4 millions de dollars par année, l’entreprise Québec Issime est la preuve bien vivante que non seulement son produit se vend bien, mais que sa logistique, bien huilée, lui permet d’être rentable.

Tout d’abord, chaque production est indépendante en ce qui concerne ses équipements scéniques. Idem pour les costumiers. Ceci permet donc au spectacle Décembre d’avoir lieu à la Place des Arts à Montréal et simultanément au spectacle Party de se déployer au Théâtre Palace Arvida durant le temps des Fêtes.

Pour ce qui est de tout l’aspect technique, c’est un dénommé Mathieu Dumont qui en est le maître d’œuvre. Au niveau de la logistique, le producteur de Québec Issime, Robert Doré, a confié la tâche à son fils Sylvain. Ce dernier s’occupe de transporter le matériel: de leur complexe, l’église Saint-Jacques où tous les décors et les costumes sont conçus, aux villes dans lesquels ceux-ci sont engagés.

«Il a même son permis pour conduire une remorque qui permet de transporter la marchandise. De son côté, Marie-Ève Riverin prend en charge les chanteurs. Elle passe les auditions, etc. On a des équipes pour la création et pour améliorer les productions. On a un responsable pour les musiciens et des gens au marketing», indique Robert Doré.

Cet été

Durant la belle saison, Québec Issime verra deux de ses créations jouer en même temps. À Trois-Rivières, une équipe jouera le spectacle De Céline Dion à la Bolduc et à Sherbrooke, une seconde équipe montra sur scène pour Cow-Boys.

«En Estrie, on donne un montant à nos chanteurs et à notre équipe technique pour manger et se loger. Plusieurs font du camping. À Trois-Rivières, l’équipe est plus jeune. Ça demande donc plus de supervision. C’est pourquoi on a loué un genre de domaine où tout le monde couche. On donne un forfaitaire pour l’épicerie. Ils ont beaucoup de plaisir, mais aussi des règles à respecter», raconte le père de Québec Issime qui est encore aujourd’hui très présent dans l’organisation.

Commentaires