/news/currentevents
Navigation
La FTQ défend Tom Harding

Arrestation de Tom Harding : «On se croirait à l'Antiquité», dit le directeur du syndicat

QMI_qmi_1307081859001
Photo PIERRE-PAUL POULIN / AGENCE QMI Tom Harding

Coup d'oeil sur cet article

«C'est insultant et rétrogradant. On se croirait dans l'Antiquité.» Le directeur québécois des Métallos est outré du sort réservé au conducteur de train Tom Harding, ainsi qu’à deux autres employés de la MMA, qui ont été accusés de négligence criminelle en lien avec la tragédie de Lac-Mégantic.

Daniel Roy s’inquiète de la façon dont les trois employés de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) ont été «jetés en pâture au public», faisant référence à l’audience de mise en accusation au Centre sportif de Lac-Mégantic, qui a eu lieu hier après-midi.

«En 18 ans de militantisme, je n’ai jamais vu un pareil cirque!» a-t-il lancé.

Les vrais coupables

Le directeur québécois du syndicat des Métallos s’est insurgé que Tom Harding, Jean Demaître et Richard Labrie soient «les boucs émissaires» de la tragédie qui a coûté la vie à 47 personnes, alors que les vrais coupables, selon lui, sont la compagnie MMA et le gouvernement fédéral.

Interrogé par les journalistes, Daniel Roy n’a pas voulu affirmer que Tom Harding était blanc comme neige, mais qu’il a fait son travail en fonction des réglementations qui lui étaient imposées par sa compagnie.

«Je n’ai pas vu la preuve de la police, mais s’ils pensent que des accusations doivent être déposées, M. Harding a droit a un procès juste et équitable. Que la justice suive son cours.»

«Le vrai responsable de cette tragédie, c’est le gouvernement fédéral, avec sa déréglementation dans l’industrie du chemin de fer, a ajouté Daniel Roy. C’est lui qui a cédé les rails à MMA.»

Le directeur québécois des Métallos a déploré que la MMA ne risque seulement une amende, pendant que son propriétaire, Ed Burkhardt, «soit libre comme l'air, chez lui aux États-Unis».

«M. Harding n’était pas aux commandes du train lorsqu’il a explosé, a soutenu M. Roy. Il l’avait laissé en dormance avec l’accord de son employeur et de Transport Canada.»

Fonds de défense

M. Roy a d’ailleurs affirmé que son syndicat mettrait sur pied un fonds de défense pour aider M. Harding à acquitter ses frais d’avocats.

Tom Harding, le conducteur du train, est membre du syndicat des Métallos, alors que les deux autres accusés ont occupé des fonctions de cadre.

Commentaires