/finance
Navigation
Assurance-automobile

Être surveillé par son assureur, une bonne affaire ?

auto_totale_lupe_01
Illustration fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Avouons-le, cette publicité a frappé notre subconscient! Elle nous reste en tête en plus d’en énerver plus d’un. Mais c’est la seule qui met en relief le fait d’être espionné par son assureur pour avoir droit à des rabais plutôt que l’expérience et la bonne foi.

Avouons-le, cette publicité a frappé notre subconscient! Elle nous reste en tête en plus d’en énerver plus d’un. Mais c’est la seule qui met en relief le fait d’être espionné par son assureur pour avoir droit à des rabais plutôt que l’expérience et la bonne foi.

Dans ce message publicitaire, SSQ Auto réagit pour dire aux consommateurs qu’il n’est pas nécessaire de se faire suivre et noter pour économiser en assurance automobile. Effectivement, cela démontre toute l’ambivalence qui existe avec ce concept de télématique en tarification automobile. Certains assureurs sont emballés par la possibilité de récolter des données statistiques phénoménales sur les conducteurs automobiles qui sont assurés avec eux en échange de rabais supplémentaires. À l’inverse, d’autres assureurs ne veulent absolument pas emboîter le pas de cette technologie, tout en offrant autant de rabais, mais par d’autres moyens.

EST-CE POSSIBLE QUE CE SOIT RÉELLEMENT GRATUIT ?

Cette technologie est actuellement fournie par votre assureur tout à fait gratuitement. GRATUITEMENT… c’est de ne voir qu’à court terme. Pour un assureur qui vous envoie un module de transmission GPS à installer vous-même et qui récoltera par la suite toutes les données transmises par le GPS, c’est un investissement qui en vaut la chandelle. Lorsque ce dernier vous promet un rabais pouvant aller jusqu’à 25 % de votre prime en surplus… c’est un investissement de plusieurs centaines de dollars par année. C’est donc réellement une bonne offre!

À PREMIÈRE VUE ce n’est que positif. Mais comment un assureur peut-il vous promettre tout cela sans en tirer profit? Et bien c’est simple: les données qu’il récupère sont tout d’abord leur propriété et la vôtre. Et comme vous avez accepté de leur fournir ces informations volontairement, vous ne pourrez jamais leur reprocher de les utiliser pour OU CONTRE vous. Une fois en leur possession, ces données pourraient leur permettre d’économiser un sinistre en comparant vos ­déclarations à la réalité et invoquer le Code civil pour vous en priver. De plus, rien ne vous assure que votre assureur accepter de vous offrir un renouvellement ou encore que votre renouvellement à venir ne sera pas augmenté en prime ou en franchise et (encore pire) diminué en protection. Les assureurs directs ont été les premiers à offrir à grand tapage publicitaire cet outil d’information transformé en outil de promotion, mais les courtiers indépendants demeurent très prudents et même réticents à le conseiller à leurs clients.

DIVULGATION

Votre assureur pourrait même vendre ou partager ces données recueillies pour limiter leurs coûts, après les avoir rendues anonymes. Mais comment en être certain? Ces entreprises intéressées pourraient avoir ainsi accès à des habitudes de vies pour offrir des produits et services. De plus, les instances policières ou encore le fisc pourraient également y avoir accès avec un mandat.

MIRACLE OU MIRAGE ?

Finalement, il faut demeurer conscient que tout ceci n’est pour l’assureur qu’une façon de plus de récolter des clients ou encore, de refuser une indemnité. Aucun assureur n’utilisera cette technologie pour diminuer sa rentabilité! Si vous êtes du type de client qui a des réclamations à répétition, ou si vous n’en avez jamais… voilà la seule vérité qui comptera vraiment.

Un conducteur peut faire beaucoup de kilométrage, freiner brusquement tout en respectant le Code de la route et accélérer rapidement tout en n’ayant jamais de réclamation pendant 10 ans et un autre pourra avoir un profil inverse. Ces quelques données ne nous disent rien par rapport à la distraction, la qualité de la vue ou de l’ouïe, l’acuité des réflexes et le respect du Code de la route, qui ont une incidence réelle sur le dossier de réclamation!


Louis Cyr est un professionnel inscrit à l’AMF et la Chambre de l’assurance de dommages. En tant que propriétaire d’un cabinet de courtage il est ­rémunéré en commissions et comme consultant en gestion de risque et assurance, il est rémunéré en honoraires.

 

Commentaires