/sports/fighting
Navigation
boxe

L'éternel combat de Jérémy et la générosité de Lucian Bute

Coup d'oeil sur cet article

À l’instar de deux boxeurs lors d’un face à face avant un combat, Jérémy Plourde a décidé de ne pas reculer devant sa maladie. Il a mis ses gants afin de livrer une longue bataille qui ne sera pas facile à remporter.

Le jeune âgé de 12 ans est atteint depuis sa naissance d’une maladie dégénérative de type neuromusculaire doublé d’un déficit immunitaire.

En d’autres termes, ça l’empêche d’avoir une vie active comme tous les enfants de son âge. S’il pousse trop la machine, ses muscles peuvent décider d’arrêter de fonctionner et il peut s’évanouir.

Malgré ses ennuis de santé, Jérémy continue d’avoir des rêves. Il en a d’ailleurs réalisé un, hier, alors qu’il a pris part à un entraînement en compagnie de Lucian Bute.

Pendant une soixantaine de minutes, il a pu «oublier» ses maladies en apprenant les rudiments de la boxe. Et on peut dire qu’il a bien retenu les leçons de l’ancien champion du monde.

Après quelques coups hésitants, Jérémy a envoyé une belle droite qui a surpris le protégé d’InterBox. Pas de dommage, mais le jeune résidant de Québec était bien fier de sa frappe.

«J’ai beaucoup aimé ça!» s’est exclamée la recrue à la fin de l’activité.

«J’ai aussi appris qu’il aimait ça, se faire frapper. Ma maladie et la boxe se ressemblent un peu. Dans les deux, il faut batailler.»

Un moral d’acier

Le quotidien de Jérémy est loin d’être évident. En plus d’ingurgiter une vingtaine de pilules par jour, il ne sait jamais quelle partie de son corps lui fera la vie dure.

«On vit toujours dans le moment présent, a affirmé la mère de l’enfant, Marie-Claude Lévesque.

«Par contre, il n’est pas question pour lui de baisser les bras, même s’il ne sait pas s’il pourra descendre les escaliers demain matin. Il me dit souvent que ce n’est pas lui qui est malade, mais son corps.»

Malgré sa condition, c’est lui qui pousse les membres de sa famille à faire des activités. Pour Jérémy, pas question d’attendre à la maison que le temps passe.

«C’est lui qui a voulu qu’on lui achète un fauteuil roulant afin qu’on continue de mener une vie aussi normale que possible», a ajouté sa mère.

Il a besoin de ce moyen de locomotion lors des journées plus difficiles. D’ailleurs, en raison de sa séance avec Lucian Bute, elle fut nécessaire pour assister au gala de boxe au Stade olympique, hier.

Bute n’a pas hésité

Lorsqu’il a été approché par les dirigeants de la Fondation Starlight il y a quelques semaines, Bute n’a pas eu besoin d’une longue réflexion pour accepter l’invitation.

«Je suis toujours prêt à aider des jeunes comme Jérémy qui sont aux prises avec des maladies chroniques, a souligné le boxeur. C’est une question de vie ou de mort pour eux.

«Ils se battent contre la maladie tous les jours.»

Et pour l’instant d’une heure, il a permis à son protégé de passer du sens figuré au sens propre.

Si sa santé le lui permet, Jérémy pourra participer à un petit combat au mois de septembre en collaboration avec la Fondation Starlight.

 

 

Commentaires