/lifestyle/hangout
Navigation
L'abc des bonnes manières

Autour d’un verre à vin

Happy Hour colors
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Admirer la robe du vin et en flairer les arômes comptent parmi les plaisirs du vin. Les premiers gobelets en verre transparent, et plus tard en cristal ont été créés pour rendre les tables plus belles. Le verre permit au vin de briller et d’être contemplé. On découvrit qu’il était meilleur dans du verre ou du cristal, que dans les gobelets en poterie ou en métal. Au 21e siècle, on sert le vin dans du verre transparent et incolore.

Admirer la robe du vin et en flairer les arômes comptent parmi les plaisirs du vin. Les premiers gobelets en verre transparent, et plus tard en cristal ont été créés pour rendre les tables plus belles. Le verre permit au vin de briller et d’être contemplé. On découvrit qu’il était meilleur dans du verre ou du cristal, que dans les gobelets en poterie ou en métal. Au 21e siècle, on sert le vin dans du verre transparent et incolore.

À chaque vin son verre. Un calice moyen, souvent plus effilé, pour le vin blanc. Le vin rouge réclame un calice large et profond, mais il existe des verres destinés au champagne, aux vins alsaciens, bordelais et beaujolais, ainsi qu’aux vins liquoreux, au porto et au sherry.

Une petite verrerie. Vous pouvez réduire la taille de votre verrerie en adoptant le verre parfait. Il s’agit du verre «INAO» — pour Institut national de l’origine et de la qualité — qui le créa pour les dégustateurs. Il a la forme d’une tulipe qui force la concentration des arômes. La hauteur de sa tige est moyenne, mais l’ouverture du calice — le buvant — est trop étroite pour certains. Ce verre a inspiré la production de verres mieux adaptés à la consommation du vin. Ils peuvent fièrement figurer sur votre table.

Ah! Les bulles. Après des années de purgatoire, la coupe, dont on dit qu’elle a été modelée sur le sein de Diane de Poitiers, effectue un retour chez les fous de vintage. Trop large, son ouverture aère le champagne dont les bulles s’épuisent rapidement. La flûte, au contraire, fait durer leur ascension.

Où placer les verres? On les concentre à droite, «à la pointe du couteau», et en haut de l’assiette, dans l’ordre où on les boira. De gauche à droite, en retrait de l’assiette, vient le verre à eau, suivi du verre à vin blanc et du verre à vin rouge. Si du champagne est prévu pour la fin du repas, la flûte ou la coupe peut être en position, derrière le groupe ou n’apparaître qu’au dessert. Le verre servi à l’apéro reste au salon.

Tenir son verre. On le tient le verre à vin par la tige, et la flûte ou la coupe à champagne par la tige, en appui sur le pied. N’approchez pas les doigts du calice que vos empreintes finiraient par tapisser. Enserrer le calice dans la main réchauffe le vin.

- Avec la collaboration spéciale de Hélène-Andrée Bizier

Commentaires