/news/politics
Navigation
Politique

Québec rouvre la filière du gaz de schiste

Quebec, Assemblee nationale
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard entend ressussiter la filière du gaz de schiste en la reliant à l'exploration du pétrole à l'île d'Anticosti.«

En proposant une évaluation environnementale stratégique sur l'ensemble des hydrocarbures, notre gouvernement se livre à une démarche cohérente, intégrée et rigoureuse pour se doter d'une politique intégrée et cohérente dans le domaine des hydrocarbures», a déclaré le ministre de l'Environnement David Heurtel à l'occasion de la première période de questions à l'Assemblée nationale suivant l'élection du 7 avril.

«En mettant le pétrole et le gaz dans le même panier, le gouvernement ressussite le gaz de schiste en le liant avec le pétrole. Le premier ministre vient de raviver les inquiétudes des citoyens qui se sont opposés au gaz de schiste. On parle de forage dans la cour des gens, dans la zone la plus densément peuplée, la vallée du Saint-Laurent», a dénoncé le député péquiste de Marie-Victorin Bernard Drainville.

Alors qu'il était au pouvoir, le gouvernement péquiste de Pauline Marois avait imposé un moratoire sur l'exploitation du gaz de schiste en raison des risques posés à l'environnement et donné le feu vert à l'exploration du pétrole de schiste à l'île d'Anticosti. «C'est l'opposition officielle qui veut semer l'inquiétude au sein de la population», a reproché le ministre de l'Environnement.

Terminal pétrolier

Par ailleurs, David Heurtel a rejeté une demande de l'opposition officielle consistant à empêcher les forages que s'apprête à entreprendre TransCanada dans le lit du fleuve en vue d'implanter un terminal pétrolier à Cacouna. «Il est question du respect de la Loi sur la qualité de l'environnement. Le ministre accepte qu'une entreprise entreprenne des forages qui vont nuire à l'environnement», a dénoncé le député péquiste de Jonquière Sylvain Gaudreault.

David Heurtel a répliqué, à l'occasion d'une mêlée de presse que le projet de TransCanada fait l'objet d'une demande d'injonction par quatre groupes environnementaliste et une citoyenne. «Étant donné que les tribunaux sont saisis de la question je ne commenterai pas davantage», s'est limité à dire le ministre.

La requête sera entendue aujourd'hui au palais de justice de Montréal.

Commentaires