/news/politics
Navigation
Philippe Couillard

Couillard majore à 310 000$ le salaire de son 1er fonctionnaire

Philippe Couillard
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Comme le gouvernement péquiste avant lui, Philippe Couillard a ignoré l’échelle de traitement des hauts fonctionnaires de l’État pour déterminer les émoluments de son secrétaire général, l’équivalent de son sous-ministre.

Comme le gouvernement péquiste avant lui, Philippe Couillard a ignoré l’échelle de traitement des hauts fonctionnaires de l’État pour déterminer les émoluments de son secrétaire général, l’équivalent de son sous-ministre.

Alors que le gouvernement demande à l’ensemble des ministères de se serrer la ceinture en raison du piètre état des finances publiques, les mandarins de l’État continuent de toucher des salaires toujours plus élevés.

Comme numéro un des fonctionnaires, Juan Roberto Iglesias gagnera 310 000 $ par an, ce à quoi s’ajoute un boni au rendement qui peut atteindre 15 % de son salaire. C’est un gain considérable pour M. Iglesias, qui touchait 204 000 $ il y a un mois à peine, à la présidence de l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESS).

L’échelle de traitement des mandarins de l’État prévoit pourtant que le secrétaire général du gouvernement gagne entre 208 000 et 250 000 $.

En fonction du prédécesseur

Au conseil exécutif, on a porté à l’attention du Journal une clause de la Loi sur la rémunération des titulaires d’un emploi supérieur: «Malgré les présentes règles, le gouvernement peut déterminer, à l’égard d’un titulaire d’un emploi supérieur, des règles différentes concernant sa rémunération ou ses autres conditions de travail.»

En pratique, le salaire d’un haut fonctionnaire est généralement déterminé en fonction de celui de son prédécesseur. «Le salaire de M. Iglesias a été déterminé par le Conseil des ministres. On peut penser que la base de discussion pour fixer ce salaire s’appuie sur celle de l’ancien titulaire de cette fonction, M. Jean St-Gelais, bien que le salaire de M. Iglesias soit légèrement inférieur à ce que gagnait M. St-Gelais», précise Jérôme Thibaudeau, du Secrétariat à la communication gouvernementale.

Toujours le même salaire

Numéro un des fonctionnaires sous Pauline Marois, Jean St-Gelais profitait d’un salaire annuel de 318 281 $, un salaire qu’il continuera de toucher même s’il a été relégué à la présidence de la Commission des normes du travail à l’arrivée de Philippe Couillard.

 

Commentaires