/news/currentevents
Navigation
CUSM | Fraude

Arthur Porter attaque la commission Charbonneau et se dit victime de diffamation

« Preuve à sens unique » et témoignages « diffamatoires », selon l’ex-patron du CUSM

Arthur Porter arrêté
Photo d’archives Le Dr Porter est détenu au Panama depuis un an où il refuse toujours de faire face à la justice canadienne, contestant son extradition.

Coup d'oeil sur cet article

De sa cellule de prison au Panama, Arthur Porter sermonne la commission Charbonneau, se disant victime de salissage après qu’un enquêteur de l’escouade Marteau y ait associé son nom à «la plus grande fraude de corruption de l’histoire du Canada», la semaine dernière.

«C’est l’une des déclarations les plus diffamatoires que j’ai entendues. C’est totalement sans fondement puisque je n’ai été mêlé à aucune fraude», a déclaré l’ex-patron du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) à son biographe Jeff Todd, qui lui a parlé au téléphone vendredi avant de publier l’entrevue sur son blogue, hier.

Le Dr Porter y a maintenu que le processus d’appel d’offres pour la construction de l’hôpital de 1,3 milliard $ — au cœur du scandale des pots-de-vin de 22,5 millions $ que lui, sa femme Pamela et son collègue Yanaï Elbaz auraient empochés d’ex-dirigeants de la firme SNC-Lavallin, d’après l’UPAC — a été mené «selon les règles».

«Je n’ai pas encore subi mon procès, ni été jugé, à moins que cette étape judiciaire ne soit maintenant qu’une velléité», a ironisé le présumé fraudeur qui conteste pourtant son extradition, refusant ainsi de faire face à la justice canadienne.

Une « risée »

Détenu depuis un an au pénitencier La Joya avec 4000 prisonniers, le Dr Porter a avancé que ces procédures judiciaires seront «une risée» à cause de la commission Charbonneau.

«Des témoignages accablants y sont livrés et aucun effort n’est fait pour tester la validité de cette supposée preuve à sens unique.»

La commission ne répondra pas à ces attaques, a fait savoir son porte-parole, Richard Bourdon.

Santé incertaine

Le médecin de 57 ans n’a fait aucune mise à jour sur son cancer — qu’il s’est «autodiagnostiqué» en janvier 2013, qui serait en phase terminale. Il s’est contenté de mentionner que son état de santé est «incertain».

En mars dernier, Porter avait vainement réclamé que la prison le transfère dans un hôpital pour qu’il subisse ses traitements.


La biographie d’Arthur Porter, intitulée «L’homme derrière le nœud papillon» et dont des extraits seront consacrés à son «amitié» avec le premier ministre Philippe Couillard, paraîtra en septembre prochain.

Ce qu’il a dit
Sur les témoignages à son sujet devant la commission Charbonneau
« Ça m’a vraiment déconcerté, même si je ne devrais pas être surpris. »
« On n’y présente qu’un seul côté de la médaille. Les témoins entendus ont été soigneusement sélectionnés en ce sens. »
Sur sa voiture Bentley payée par le CUSM, son salaire de 282 000 $ et son compte de dépenses de 62 000 $ en 2011
« C’est assez incroyable que cela puisse alimenter les nouvelles. Tout a été négocié et approuvé par les conseils d’administration (du CUSM). Ces conditions ne sont pas inhabituelles pour un directeur général à la tête d’un tel établissement de santé. »
Sur le processus judiciaire
« Je n’ai participé à aucune fraude. [...] Il y a des procédures en cours et éventuellement, il y aura un jugement. Toutes les parties pourront présenter leur preuve afin de permettre au tribunal d’en arriver à une décision juste.»
Sur sa volonté de contester les accusations portées contre lui
« Oui [je vais me battre]. Et je vais gagner. »
Qui est-il ?


Né au Sierra Leone, il étudie à l’université Cambridge, en Angleterre, et dirige le Detroit Medical Center, en 1999
Nommé directeur général du CUSM en 2004
Il démissionne en décembre 2011
En mars 2013, lui et quatre coaccusés sont inculpés dans l’affaire des pots-de-vin de 22,5 millions $ liés au chantier du CUSM mais Porter est alors en exil aux Bahamas
Le 27 mai 2013, Porter et sa femme Pamela sont arrêtés au Panama en sortant d’un avion. Il tente vainement de réclamer l’immunité en exhibant un passeport diplomatique du Sierra Leone. Sa femme rentre ensuite au Canada sans Porter, qui conteste son extradition.
Il est accusé de fraude, blanchiment d’argent, recyclage des produits de la criminalité et complot.
Commentaires