/news/society
Navigation
Clubs échangistes

Rosemont paradis des échangistes

L’arrondissement abrite quatre clubs

Prostitution
Serge Labrosse L'arrondissement familial de Rosemont-Petite-Patrie abrite 4 des 7 clubs échangistes montréalais, selon un recensement de la Coalition des luttes contre l'exploitation sexuelle présentée aujourd'hui.

Coup d'oeil sur cet article

Rosemont-La Petite-Patrie semble être devenu la Mecque de l’échangisme à Montréal. Quatre des sept clubs de la ville y figurent, selon une analyse de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) qui sera présentée aujourd’hui.

La CLES a identifié 348 commerces à caractère sexuel ayant une adresse physique à Montréal en 2013, dont 260 salons de massage.

Fait étonnant: le très familial Rosemont-La Petite-Patrie est le deuxième arrondissement le plus fourni, avec 38 lieux dont 28 salons de massage. On y trouve aussi 4 des 7 clubs échangistes montréalais.

«Les clubs échangistes sont moins socialement acceptés que les bars de danseuses, alors c’est peut-être plus attractif quand c’est légèrement excentré», s’interroge Éliane Legault-Roy, responsable des communications de la CLES.

La CLES constate aussi que les lieux de prostitution et d’exploitation sexuelle se concentrent dans les arrondissements modestes: Côte-des-Neiges/ Notre-Dame-de-Grâce (37 lieux), Villeray-St-Michel-Parc-Extension (33), Ahuntsic-Cartierville (23) et Hochelaga-Maisonneuve-Mercier (21), sans compter certains coins de Rosemont-Petite-Patrie, plus pauvres que d’autres.

«Ce sont les femmes les plus pauvres qui sont le plus exploitées», soutient Geneviève Szczepanik, agente de recherche pour la CLES.

Mais Ville-Marie reste de loin le champion de l’industrie du sexe, avec 74 établissements identifiés dont 45 salons de massage.

«C’est l’ancien quartier Red Light. C’est proche des ponts, et beaucoup d’hommes y travaillent: la clientèle est là», analyse Mme Szczepanik.

En incluant la Rive-Nord et la Rive-Sud, la CLES a identifié 420 commerces du sexe avec une adresse physique, et 657 lieux dits «invisibles» (type escorte qui prend ses rendez-vous par texto). C’est 1077 commerces en tout dans le Grand Montréal.

 

Commentaires