/news/currentevents
Navigation
Laurentides

La terre glisse encore à Sainte-Sophie

glissement
Photo courtoisie C'est face au 412, de l'Achigan Sud à Sainte-Sophie que s'est produit le glissement de terrain, hier matin.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la 3e fois depuis le 22 avril dernier, un glissement de terrain est survenu à Sainte-Sophie, lundi matin, face au 412, de l’Achigan Sud.

D’une profondeur de 45 pieds par 90 pieds de largeur, ce 3e glissement de terrain à se produire en un peu plus d’un mois à Sainte-Sophie sème l’inquiétude chez les résidents du chemin de l’Achigan Sud. La mairesse Louise Gallant non plus ne cache pas ses craintes.

«C’est très angoissant pour les sinistrés et pour moi qui retient ma respiration à chaque fois que mon chef d’incendie et de sécurité me téléphone.», dit-elle avant d’ajouter que tout est mis en œuvre afin que tous se sentent en sécurité, malgré les événements.

«Les mesures d’urgences sont toujours actives et nous espérons minimiser les dégâts le plus rapidement possible. »

Heureusement, ce nouveau glissement de terrain n’a pas entraîné d’autres évacuations outre celles nécessaires à la suite du glissement survenu le 22 avril et à la suite duquel quatre familles ont été contraintes de quitter leur maison.

« Je ne dois pas évacuer d’autres résidences pour le moment car l’activité se passe au même endroit, mais nous avons peur à l’effet d’entraînement, soutient Mme Gallant. Tous les gens impliqués dans le dossier sont au travail et nous espérons sécuriser le tout à très court terme. », assure-t-elle.

Accord du ministère de l’Environnement

Le 24 avril dernier, les familles sinistrées étaient rencontrées par les gens du ministère des Transports. On leur avait alors notamment expliqué qu’il était essentiel de construire un mur de soutènement avant qu’elles puissent réintégrer leur domicile. Un mois plus tard, elles attendent toujours le début des travaux.

« L’accord du ministère de l’Environnement est nécessaire pour commencer le mur de soutènement car nous entrerons dans le bord de la rivière avec de la machinerie lourde et le ministère veux protéger la rivière Achigan. », soutient la mairesse Gallant, espérant que comme prévu les quatre familles visées pourront rentrer chez eux sous peu.

«J’espère que le retour à la maison de nos gens ne sera nullement retardé car c’est déjà très difficile pour eux. »

 

 

Commentaires