/news/health
Navigation
Atteint de migraines violentes

La neurostimulation a changé sa vie

Quebec,
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir subi pendant de nombreuses années de violentes migraines, Dany Savard connaît un soulagement inespéré grâce au neurostimulateur que les spécialistes de l'hôpital de l'Enfant-Jésus lui ont implanté, il y a un an et demi.

«Je souffre depuis le début de la vingtaine de céphalées de Horton, qu'on appelle aussi céphalées du suicide, en raison de la douleur tellement intense qu'elle pousse des gens à mettre fin à leurs jours. Mes enfants et ma force de caractère ont fait en sorte que je ne me suis pas suicidé», a-t-il témoigné, en soutien à la 4e édition du Kilimandjaro à Québec, qui se déroulera le 7 juin au Parc de la Chute-Montmorency, au profit de la recherche en neurochirurgie.

Ce résident de Blainville, âgé de 49 ans, ressent encore des migraines, mais celles-ci ont nettement diminué d'intensité, ce qui a amélioré de manière radicale sa qualité de vie. «Avant mon opération, j'avais des crises parfois jusqu'à sept fois par jour, qui duraient une heure ou plus. On dit que la céphalée de Horton est pire qu'un accouchement ou une pierre au rein. C'est assez fort pour perdre conscience», a raconté M. Savard.

Electrode au cerveau

La technique de neuromodulation consiste à placer un mince fil d'électrode au cerveau, qui est relié sous la peau à un neurostimulateur implanté dans le haut de la poitrine, sur le même principe que les stimulateurs cardiaques.

A l'hôpital de l'Enfant-Jésus, près de 400 patients atteints de douleurs réfractaires après une chirurgie de la colonne, de douleurs complexes à un membre ou de migraines, ont reçu à ce jour cette procédure encore méconnue.

«Dans le bassin de population desservi par notre hôpital (tout l'est du Québec), environ 500 patients par an pourraient en bénéficier. Malheureusement, on en installe même pas une centaine. Plus de 70% des médecins qui traitent la douleur ne connaissent pas la neurostimulation», a signalé le Dr Michel Prud'homme, neurochirurgien à l'hôpital de l'Enfant-Jésus.

Un Québécois sur cinq souffre de douleurs chroniques. Dans 10% des cas, la douleur est de type neuropathique, alors que la neurostimulation est indiquée pour 2% de ces personnes.

4e édition du Kilimandjaro à Québec
7 juin, escaliers du parc de la Chute-Montmorency
Objectif: gravir à 60 reprises les 487 marches
Equipes de 6 à 10 personnes
Au profit de la recherche en neurochirurgie à l'Enfant-Jésus
Commentaires