/misc
Navigation

Une entreprise locale innovante

Coup d'oeil sur cet article

UP_photo potagerVoici une belle initiative qui semble avoir mis la communauté et l'achat local en premier et le bio ne suit pas loin. J'ai découvert par hasard cette petite entreprise, Bio Sattva située à Val David et qui rend accessible, en un endroit, des produits provenant des alentours. Ainsi les gens n'ont qu'un seul arrêt à faire pour se procurer un panier diversifié d'aliments locaux et souvent biologiques, mais pas exclusivement. Un plus selon moi.

Je suis surtout heureux de découvrir qu'on utilise la technologie dans un contexte très positif. Les gens peuvent commander de chez eux, faire monter le panier et quelques jours plus tard allez le cueillir. C'est de plus une excellente façon de diminuer les pertes dans des cas comme les germinations et autres petites productions artisanales. Personnellement je mise sur ce genre d'entreprise pour faire sortir les paysans et les artisans de la niche dans lequel l'industrie aimerait bien les garder. Un vrai circuit parallèle qui à première vue me semble très efficace et qui gagnerait à se multiplier.

Cette partie, l'efficacité, a souvent été négligée par le bio et les artisans. Un peu comme si la motivation pour la bouffe santé pouvait assurer la fidélité du consommateur. Le tout direct, il faut se le dire, n'est pas possible et il n'est pas garant de vertu. Le tout bio n'est pas encore réalistement accessible pour la plupart des ménages. Il devient alors possible de faire des affaires avec des fermes qui sont sur la lisière du bio et qui demandent à être encouragés. Cette entreprise me semble donc un intermédiaire intelligent et coopératif dont le talent sert autant le paysan que le consommateur.

J'espère voir se multiplier de telle entreprise au Québec.

1 commentaire(s)

Larry dit :
31 mai 2014 à 7 h 40 min

Que l'UPA soit un monopole me dérange moins que le fait qu'ils on été vingt ans en retard pour reconnaître qu'il y avait d'autre chose en agriculture que le lait, les poulet, les œufs et surtout les cochons. L'avenir de l'agriculture Québécoise passera beaucoup par les productions de spécialités produite sur des fermes à dimensions humaines et des fermettes. Je dois ajouter que le MAPAQ était encore plus réfractaire aux productions de spécialités que l'UPA. Tellement réfractaire que les premières mesures d'aide gouvernementale à ces productions (comme nos fromages et bien d'autres produits) étaient de la responsabilité du ministère des Régions et de Solidarité rurale