/opinion/columnists
Navigation

Vous feriez quoi ?

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous déjà vu un politicien avouer sa totale incapacité à régler un problème qui relève de sa sphère de responsabilité?

Avez-vous déjà vu un politicien avouer sa totale incapacité à régler un problème qui relève de sa sphère de responsabilité?

Non, bien sûr, il se dira en réflexion, créera un comité de travail ou dira que les progrès sont plus lents que ce qu’il souhaiterait.

Avant de le blâmer, dites-vous que, s’il confessait son impuissance, ses adversaires politiques se feraient du capital sur son dos, même si, à sa place, ils ne feraient guère mieux. Les médias titreraient: «Le ministre X avoue son impuissance». Il passerait pour un incompétent.

La vérité est pourtant qu’il y a bel et bien des problèmes insolubles ou, si vous préférez, pour lesquels il n’y a pas de solution vraiment satisfaisante.

Illégalité

Prenez les cinq écoles juives ultra-orthodoxes subventionnées qui sont dans la mire du ministère de l’Éducation: matières obligatoires, heures d’enseignement, langue d’usage, bulletins, manuels scolaires, rien n’est conforme aux normes.

Leurs manquements sont criants et de longue date. En 2009, elles s’étaient engagées à s’amender. Elles avaient même obtenu, en échange, la permission de donner des cours le dimanche pour des motifs religieux. Elles n’ont pas tenu parole.

Je vous entends d’ici: qu’on coupe leurs subventions! Peut-être, mais elles entreront alors dans la clandestinité. On risque même de perdre la trace des enfants.

Fermons les écoles! Cela revient au même: ces gens utiliseront des locaux anonymes et cachés.

Retirons leurs permis! Si vous renouvelez leurs permis, vous avalisez leur mépris de nos lois. Si vous ne les renouvelez pas, je l’ai dit plus haut: elles continueront dans l’illégalité et la clandestinité.

Retirer les enfants de force? Pensez-y sérieusement un instant. De toute façon, ces enfants ont pris trop de retard académique pour être insérés dans un parcours régulier et vivent dans un monde trop à part.

Tolérer la situation? C’est ce que l’on fait depuis longtemps, ce qui revient à admettre implicitement que nous ne sommes pas tous égaux devant la loi.

Reprendre les pourparlers? Vous ne comprenez pas: pour eux, nous ne sommes pas des interlocuteurs sérieux, car seule la parole divine fait autorité.

Impuissance

La vérité est qu’il n’y a pas grand-chose à faire contre ces gens, à la fois placides et fanatiques, qui rejettent radicalement notre société qu’ils jugent dangereuse et malfaisante.

Croyez-moi, les juifs modérés sont encore plus agacés que vous et moi. Beaucoup de ces ultra-orthodoxes ne reconnaissent même pas la légitimité de l’État d’Israël puisqu’il n’a pas été créé par le Messie lui-même.

Remarquez, à la différence des musulmans radicalisés, donc des islamistes, les juifs ultra-orthodoxes d’ici veulent essentiellement qu’on leur foute la paix et n’aspirent pas à convertir la planète entière par tous les moyens, y compris la violence.

Bref, avant de blâmer les autorités ou vous moquer de leur malaise, vous feriez quoi?

 

Commentaires