/news/currentevents
Navigation
Cyber crime | Facebook

Accusé de leurrer des ados avec de faux profils Facebook

Maxime Bérard-Nault
Photo Ben Pelosse/ Le Journal de Montreal Maxime Bérard-Nault

Coup d'oeil sur cet article

Pas moins d’une quarantaine de jeunes adolescents auraient été les malheureuses victimes d’un internaute qui utilisait de faux profils Facebook pour leur faire accomplir les bassesses les plus ignobles devant leur webcam.

Il aurait demandé à l’une de ses victimes d’agresser son jeune frère devant la webcam.

À un autre de prendre des photos de son petit frère nu dans le bain.

Ou encore à un garçon de boire son urine devant la caméra.

Pour la seconde fois en moins de six mois, les policiers de la Sûreté du Québec ont passé les menottes à Maxime Bérard-Nault, 24 ans, hier.

Quarantaine de victimes

La police croit avoir identifié jusqu’ici une quarantaine de victimes en fouillant son ordinateur. Mais ça pourrait n’être que la pointe de l’iceberg: il aurait établi jusqu’à 800 contacts avec des jeunes, a-t-on appris d’une source proche de l’enquête.

Le jeune homme domicilié à Windsor, en Estrie, avait été arrêté une première fois en février et accusé de 33 chefs d’accusation. Lundi, 80 autres accusations se sont ajoutées.

Fausses jeunes filles

On accuse Bérard-Nault d’avoir inventé de faux profils Facebook personnifiant des jeunes filles sexy.

Ces fausses jeunes filles auraient approché des garçons principalement âgés de 11 à 13 ans en entretenant des conversations à connotation sexuelle. Il leur aurait envoyé des photos de cette soi-disant jeune fille nue, réclamant que les garçons fassent de même.

Lorsqu’il avait en main des photos d’eux nus, Bérard-Nault se mettait, semble-t-il, à faire ce qu’il voulait avec eux. La vie des victimes devenait un cauchemar.

Dans certains cas, le calvaire des jeunes victimes a duré pendant 18 mois, a-t-on appris.

Et lorsque l’un d’eux s’est plaint, il aurait répondu que dans 10 ans, il lui payerait un psychologue.

Il aurait exigé de les voir sur Skype parfois chaque jour, parfois chaque semaine.

Victimes isolées

On peut s’en douter, les garçons, étant peu fiers de leurs agissements, n’en parlaient à personne, pas même à leurs parents, de sorte qu’ils se retrouvaient isolés avec leur problème.

Bérard-Nault aurait fait ses victimes aux quatre coins de la province, soit en Montérégie, en Estrie, à Montréal et à Québec.

Selon le mandat d’arrestation, il fera face à des accusations relatives à la pornographie juvénile, dont leurre, extorsion, incitation à des contacts sexuels et production de pornographie juvénile.

Il doit comparaître mardi au palais de justice de Longueuil.

 

Commentaires