/news/currentevents
Navigation
École secondaire Antoine-Brossard

L'adolescente ira au bal

Pére - Ado
Photo Isabelle Maher

Coup d'oeil sur cet article

L’adolescente de Brossard à qui on a interdit l’accès à son bal des finissants pourra finalement y assister. L’école autorise son père à payer sa dette de matériel scolaire en plusieurs versements.

«Ce n’est pas juste un bal des finissants, c’est une façon de célébrer et de dire que j’ai réussi mon secondaire», confie l’adolescente d’une voix rieuse. Son père vient tout juste de lui apprendre qu’elle ira au bal.

«Elle méritait d’aller au bal comme les autres et elle ira», a déclaré l’homme, visiblement soulagé.

L’homme s’est rendu hier en fin d’après-midi à l’école Antoine-Brossard pour rencontrer le directeur Benoît Miousse et signer une reconnaissance de dette.

«La direction me permet de faire plusieurs paiements sur une plus longue période ce qui va me permettre de régler ce que je leur dois», explique Stéphane qui tenait à payer lui-même le montant en souffrance de 447 $.

Dons refusés

Il y a deux semaines, la direction de l’école Antoine-Brossard avait signifié à la jeune fille de 16 ans qu’elle ne pourrait se présenter au bal parce que ses parents devaient de l’argent à l’école.

L’histoire de cette adolescente et de son père sans travail a fait le tour du pays. Des gens de partout se sont manifestés pour offrir un don à la famille qui éprouve de sérieuses difficultés financières.

«Je suis très fier de la solidarité des gens mais je suis mal à l’aise avec l’argent que l’on m’offre. Mon orgueil est déjà au minimum, je ne voulais pas tirer profit de la situation mais sensibiliser la population à une injustice», a-t-il déclaré.

De son côté, la Commission scolaire Marie-Victorin a diffusé un communiqué confirmant qu’une entente est intervenue «à la satisfaction de tous, ce qui permettra à l’élève d’assister à sa soirée des finissants.»

L’acquittement des factures scolaires en souffrance est étudié individuellement par l’école, ajoute-t-on.

Il nous a été impossible de savoir si la direction de l’école Antoine-Brossard avait l’intention de modifier à l’avenir ses pratiques de recouvrement en s’adressant directement à l’élève.

La direction de l’école ne retourne pas nos appels et la CSMV se refuse à tout commentaire.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.