/news/society
Navigation
Verdun

Les résidents veulent des bars

GEN-BENELUX-VERDUN
Photo Marie-Pier Gagné / Archives / Agence QMI La brasserie artisanale Benelux a obtenu le premier permis de bar accordé à Verdun depuis 1875.

Coup d'oeil sur cet article

Les résidents de l’arrondissement de Verdun, à Montréal, sont catégoriques: ils veulent des bars. Plus de 70 % d’entre eux se disent favorables à un assouplissement des règlements concernant la vente d’alcool.

C’est ce qui ressort entre autres choses d’une consultation citoyenne menée vendredi et samedi en vue de la prochaine planification stratégique.

Ville sèche depuis belle lurette, Verdun est très stricte en ce qui concerne la vente d’alcool. On peut en acheter lorsqu’on mange, ou dans une microbrasserie qui produit sa bière sur place, mais c’est tout.

«Il y a un changement de population à Verdun, des gens plus jeunes qui fondent des familles. Ils veulent sortir, mais ils ne veulent pas nécessairement aller jusqu’au centre-ville pour prendre une bière», a commenté le maire de l’arrondissement, Jean-François Parenteau.

Ce dernier voit d’un bon œil l’assouplissement des règles. Mais pas question d’avoir des boîtes de nuit ouvertes jusqu’à 3 h.

La brasserie artisanale Benelux est un des rares vendeurs d’alcool qui réussit à tirer son épingle du jeu avec les règles actuelles. Le gérant, Guillaume Potdevin, n’a pas peur de voir des concurrents s’installer sur la rue Wellington.

«Il y a des gens qui résident à Verdun, mais qui ne vivent pas ici. Ils vont ailleurs pour sortir. Je pense que diversifier l’offre d’alcool sur la Wellington serait une bonne chose.», a-t-il affirmé.

«Je regarde le Plateau, et il y a des gens qui n’habitent pas du tout le secteur, mais qui vont là pour sortir. Je pense qu’avec plus d’offres sur la rue Wellington, ça peut devenir un peu comme le Plateau et attirer des gens d’ailleurs», a ajouté M. Potdevin.

Lui-même aimerait diversifier les produits offerts au Benelux, mais il ne peut vendre autre chose que de la bière avec les règlements en vigueur.

Parmi les autres mesures envisagées pour revigorer le secteur, on note la transformation de la rue Wellington pour la rendre à sens unique, avec piste cyclable.

«La rue n’est pas très large, ce n’est pas sécuritaire pour les cyclistes, reconnaît le maire Parenteau. Si les gens doivent prendre leur voiture, ils ne viendront pas ici. Ils vont aller au 10/30.»

L’analyse complète de la consultation citoyenne sera dévoilée au mois de novembre.
 

Commentaires