/opinion/columnists
Navigation

Avis de recherche

Coup d'oeil sur cet article

Quelqu’un a vu mes deux points de TVQ? Vous vous souvenez en 2010, après que le fédéral eut réduit la TPS de deux points de pourcentage, le gouvernement du Québec (société distincte) a profité de cette marge pour augmenter la TVQ du même 2 %, la faisant passer de 7 à 9 %. Oui, je sais, nous avons le bonheur de voir passer ce joli niveau de taxe sur chacune de nos factures à la caisse, mais ce que je cherche désespérément c’est: où est passée la marge de manœuvre que cette hausse devait procurer à mon gouvernement ?

Quelqu’un a vu mes deux points de TVQ? Vous vous souvenez en 2010, après que le fédéral eut réduit la TPS de deux points de pourcentage, le gouvernement du Québec (société distincte) a profité de cette marge pour augmenter la TVQ du même 2 %, la faisant passer de 7 à 9 %. Oui, je sais, nous avons le bonheur de voir passer ce joli niveau de taxe sur chacune de nos factures à la caisse, mais ce que je cherche désespérément c’est: où est passée la marge de manœuvre que cette hausse devait procurer à mon gouvernement ?

Je me souviens qu’à l’époque le ministre des Finances, Raymond Bachand, nous expliquait avoir besoin de cet argent neuf pour dégager la marge de manœuvre nécessaire qui nous ramènerait à l’équilibre budgétaire. Monsieur Bachand nous présentait alors le retour au déficit zéro comme un contrat. Avec les hausses de TVQ, de taxes sur l’essence et la contribution santé, les payeurs de taxe faisaient 38 % de l’effort total d’élimination du déficit. L’autre 62 %, donc la plus grande partie de l’effort, devait provenir des réductions de dépenses du gouvernement lui-même. Chacun son bout!

Contribuables saignés

Finalement, les contribuables ont vécu toutes les hausses et les efforts du gouvernement ont été à peu près nuls. Ce qu’on a coupé d’une main, on l’a dépensé de l’autre. Comme c’est arrivé souvent, seuls les contribuables ont fait leur partie de l’effort. C’est toujours comme ça dans un budget: les hausses de taxes sont une certitude avec une date précise d’entrée en vigueur alors que les réductions de dépenses sont formulées comme des «objectifs à long terme», dont le niveau de certitude est pas mal moindre.

La question de mon avis de recherche demeure entière. Nous les contribuables, notre gouvernement nous a expliqué que les deux pour cent de plus de TVQ lui donneraient la marge de manœuvre nécessaire pour éliminer le déficit. Puis, quelques années plus tard, cette marge de manœuvre n’existe plus. Nous sommes à faire de nouveaux efforts, presque forcés de repartir à zéro, notre lutte contre le déficit.

Où sont-ils passés? Simplement, la machine gouvernementale a incorporé nos deux points de TVQ supplémentaire dans le flot de ses dépenses courantes. Les deux pour cent de TVQ ne sont plus un excédent qui donne de l’oxygène aux finances du Québec, ils sont passés dans le train-train quotidien des revenus normaux nécessaires à faire rouler la machine gouvernementale.

Beaucoup de fric !

Ok, donc on comprend que la bête gourmande qu’est l’État québécois a bouffé nos deux points de TVQ. Savez-vous de combien d’argent on parle? Deux points de TVQ cette année représentent une entrée supplémentaire de 3,5 milliards de revenus dans les coffres du gouvernement! Une somme colossale. Trois milliards et demi siphonnées de nos poches, siphonnés en même temps de l’économie privée, qui n’auront pas permis d’éliminer le déficit tel que promis.

Le gouvernement dépense trop et encore plus.

Je m’en vais mettre la photo de mes deux points de TVQ sur une pinte de lait.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.