/opinion/blogs/columnists
Navigation

Égoïstes, les jeunes ?

Coup d'oeil sur cet article

Qu’est-ce qui domine le discours public depuis plusieurs mois? Soins de fin de vie, retraite, protection des acquis, charte des valeurs et la sacro-sainte santé. Des affaires de vieux.

Cette génération, la mienne, a toujours été obsédée par son bien-être, son nombril. «Et moi, et moi, et moi», chantait Jacques Dutronc en 1966 pendant qu’outre-Manche, Mick exigeait satisfaction. Le temps passe vite, n’est-ce pas? Le yé-yé, le go-go. Salut les Copains, Jeunesse d’aujourd’hui, c’était hier.

Justement, non, c’était il y a longtemps. Il y a un bail que l’Occident s’est converti à l’individualisme. Effet secondaire de la prospérité qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale? N’allez pas me dire que les hippies étaient portés par un idéal collectif: les communes, c’était un truc pour avoir plus de sexe et de drogue.

Autrefois, nous chantions «mon bikini, ma brosse à dents». Aujourd’hui, c’est «ma retraite, ma peur de souffrir et de perdre mon ancienneté».

Le poids des boomers

Je suis consternée d’entendre les gens de ma génération accuser les jeunes de ne penser qu’à eux, de ne pas adhérer à un projet collectif. Les «vieux» souverainistes sont particulièrement critiques et pourtant, ce sont eux qui ont échoué avec leur projet de pays.

La vérité, c’est que ma génération continue d’imposer ses valeurs, ses préoccupations, son poids démographique et le coût de ses acquis à l’ensemble de la société. Qui se préoccupe vraiment de la dette que nous allons laisser à nos enfants? On entend: «Ils feront comme nous, ils se débrouilleront.» Vous avez dit «individualisme»?

Bien sûr qu’ils vont faire leur chemin. Mais tous les parents de jeunes adultes savent que leur monde ne ressemble en rien à celui qui nous a accueillis à bras ouverts il y a 40 ou 50 ans. Aujourd’hui, même bardés de diplômes et multilingues, ils se heurtent à des portes closes. Et ce n’est pas fini, car la moitié des Québécois sans retraite devront travailler jusqu’à leur dernier souffle. Et on s’étonne quand les jeunes nous disent qu’ils ont envie d’aller voir ailleurs. Qu’ils se préoccupent de leur avenir plus que de l’avenir du Québec.

Chouettes les jeunes

Hier, je suis allée manger un délicieux hamburger dans un resto du Plateau, ART Brgr. Tout y respirait la jeunesse: le décor bricolé avec trois petits riens, la musique, les tableaux sur les murs, les boissons servies dans des pots Mason, le personnel, multiculturel et sympa, et la bouffe, un mélange de saveurs maison et d’exotisme. Beau projet.

Les jeunes ne rêvent pas de finir fonctionnaires. Ils veulent monter leur petite affaire en se servant de leur créativité, devenir autonomes, fonder un jour une famille. Être de meilleurs parents que nous ne l’avons été, dévorés que nous étions par notre quête d’épanouissement personnel. Eux, ils sont vraiment préoccupés par le sort du monde. Nous, on s’en fout, on sera morts quand ça va leur péter au visage.

Et nous avons le culot de leur faire la morale?

52 commentaire(s)

honorable dit :
9 juin 2014 à 18 h 25 min

"Ma" génération et celle des mes ainés par une dizaine d'années a été une des plus aventurières et époustouflantes qui soit. Elle a créé les Beatles, des véhicules capable de faire marcher l'homme sur la lune, l'internet, les panneaux solaires, les microprocesseurs, les microordinateurs; elle a découvert l'ADN recombinant, la mutagenèse dirigée, le génie génétique, le séquence de l'ADN,

Nous étions, et sommes encore, de grands conquérants et de grands découvreurs devant l'éternel.

Ma génération, du moins celle que je connais (celle des découvreurs et des inventeurs, par opposition à celle des fonctionnaires et des cols bleus syndiqués) a été le contraire de l'égoïsme. Elle a bossé par coups de 100 heures par semaine pour le seul plaisir de la découverte et de l'invention. Elle a donné sans demander à recevoir.

Jonathan Vézina dit :
9 juin 2014 à 18 h 30 min

Vous ne vous êtes certes pas gênée pour faire la morale à cette génération lorsqu'elle s'opposait à ce qu'on augmente brusquement ses frais de scolarité de 75%. Et au final, ce sont le Parti Québécois et Québec Solidaire, donc des "vieux souverainistes", qui ont finit par régler la crise qu'avait suscité l'intransigeance du gouvernement.

Pierre-Luc Tremblay dit :
9 juin 2014 à 19 h 31 min

Je dirais que le plus grand défaut que nous pouvons reprocher aux Boomers, c'est le manque d'empathie. Il est incroyable de voir comment ils peuvent mépriser les jeunes et rire de leurs misères comme si cela n'était qu'une vague passagère.

Pensez-vous que ma génération ait accès aux conditions de travail dorée comme les boomers? Je suis en ressources humaines je connais le milieu de l'emploi. Un diplômé universitaire, même après 5 ans d'expérience va trop souvent être encore dans des emplois temporaires, à contrat, sans avantages sociaux ni sécurité d'emploi. Les salaires? Ils ont drastiquement chuté pour les jeunes et malheureusement, la plupart des coupures budgétaires sont automatiquement faites sur les plus jeunes.

Pire, les nouvelles mesures d'austérités dans la fonction publique qui pensez-vous que cela touche? Le trois quarts des emplois de la fonction publique, le seul endroit où les jeunes ont encore espoir d'avoir des conditions de travail comme celles des boomers, ne seront pas renouvelés par le départ à la retraite des boomers. Vous avez entre 18 et 40 ans et vous voulez travailler à la fonction publique? Mangez votre gros nerf car la porte est verrouillée!

Certains vont nous dire: Nous nous n'avions pas de garderies à 7 dollars. C'est vrai. Mais vous avez eu l'explosion de l'emploi, les meilleurs conditions de travail de l'industrie, l'accès à l'immobilier à rabais, l'amour libre sans sida, l'époque de la caisse de bière entre les jambes dans la buic, les régimes de retraite payés à 75% et des fois 100% par l'employeur, la liberté 55, l'environnement vert, les frais de scolarité gelés (ils l'ont été pendant 30 ans)...

Qu'est ce que nous avons? L'austérité de l'emploi, des conditions de travail désastreuses, les clauses orphelins des boomers, la dette de tout le monde sur nos épaules, la retraite à 75 ans, toutes les maladies sexuelles, un environnement détruit et par dessus tout, des boomers qui nous jugent...

Louis dit :
9 juin 2014 à 19 h 33 min

Les commentaires précédents ont été laissés par deux beaux hypocrites. Si il y a une chose qui caractérise le boomers, c'est l'individualisme crasse dont ils ont toujours fait preuve. Non mais, faut tu être imbu de sa personne pour tenter de s'accaparer les lauriers des beattles pis des inventeurs de l'internet!? La vérité, c'est que le boomers se sont donner des services sociaux sur la carte de crédit collective, pis maintenant que leurs enfants reprennent le flambeau, ils veulent ni assumer la facture ni couper dans les services qui les concernent. « Touche pas à ma pension pis à mon CHSLD gratis, mais ton université pis l'environnement dans lequel toi pis ta descendance vivront je m'en fou » Il est GRAND TEMPS qu'on privatise tout ce qui peut concerner de près ou de loin les 50 ans plus... au moins jusqu'à ce que les générations X, Y et Z aient eu au moins une petite chance de se sortir de la misère.

Pierre-Luc Tremblay dit :
9 juin 2014 à 19 h 37 min

honorable:

Votre génération a travaillé car elle aimait le luxe et l'argent...Sans parler que vous aimez tellement donner que vous vous êtes dépêché de vous débarrasser de vos parents pour les laisser mourir dans la solitude dans des CHSLD alors que ceux-ci avaient vraiment connu la misère et vous avaient tout donné. La problématique d'abandon d'aînés qui est répandue au Québec et la maltraitance de ceux-ci, ce sont vos parents.

Si il y a une preuve que la génération Boomers est égoiste, c'est bien avec l'abandon de ses propres parents et de leur maltraitance, problématique qui est mesurée et évaluée depuis une quinzaine d'années par toutes les statistiques nationales. Avoir su comment ils seraient jetés aux ordures, les parents des boomers auraient certainement fait d'autres choix pour eux...

francois450 dit :
9 juin 2014 à 19 h 56 min

Tabarouette, vous généralisez pour les deux générations pas à peu près...

À ce que je sache il y a encore des entreprises ou organismes qui ont encore un syndicat et qui emploient régulièrement: police pompiers Hydro, cols bleus cols blancs construction alimentation et combien et combien... Une catégorie de jeunes comme "dans notre temps" auront un fond de pension et d'autre pas...comme autrefois.

" Aujourd’hui, même bardés de diplômes et multilingues, ils se heurtent à des portes closes..." Ha oui? et quels diplômes? Des diplômes en philosophie sciences humaines ou théâtre? Et les diplômés en métallurgie, électronique, électricité industrielle, soudeur, mécaniciens de machinerie lourde, plomberie haute pression, mineurs....Ces emploits sont en très grosse demande mais peu de candidats...Je vais faire comme vous et généraliser: "les" jeunes ne veulent plus se salir les mains.

C'est vrai que c'était beaucoup plus facile de se trouver un emploi "dans notre temps" alors qu'on était 5 ou 10 fois plus à sortir des écoles avec beaucoup moins de choix de carrière!?!?!? Est-ce qu'on s'entend que "dans notre temps" des emplois en électronique, multi-média, robotique, informatique n'étaient pas très très courant n'est-ce pas???

"Ils veulent monter leur petite affaire en se servant de leur créativité, devenir autonomes..." C'est vrai que dans les années 50 à 70 aucun commerce, aucune entreprise ne s'est ouvert, on était tous fonctionnaire.

"Être de meilleurs parents que nous ne l’avons été, dévorés que nous étions par notre quête d’épanouissement personnel" Hiiiiiiiiiiiii....les couples avec leur "propre carrière" sans enfant est surement plus élevé que dans les années '70 non????

Vous avez selon moi, manqué une occasion de ne pas écrire aujourd'hui...en tout respect.

quelennui dit :
9 juin 2014 à 20 h 16 min

Enfin quelqu'un le dit! Merci Mme Ravary! vous avez tout à fait raison. C'est d'ailleurs pourquoi un des enjeux à considérer dans la discussion actuelle sur les retraites est l'équité intergénérationelle.

honorable dit :
9 juin 2014 à 21 h 03 min

@Pierre-Luc Tremblay: s'il y a une génération encore plus méritoire que celles des boomers, c'est certainement celle des parents des boomers. Ils ont été des pionniers dans tellement de choses (avions à réaction, énergie nucléaire, premières fusées, télévision, radar, découverte des antibiotiques...). De plus, ayant connu la crise économique des années 30, ils ont été éduqués au travail acharné.

Ces 2 générations là sont tout simplement extraordinaires. Bien sûr, parmi ces pionniers, ces inventeurs, ces découvreurs, ces aventuriers de la génération des boomers et de celle de leurs parents, AUCUN n'était syndiqué...

Chez les syndiqués, c'est la médiocrité de la bonne moyenne qui prédomine. Ceux qui ressortent du lot sont vite remis à leur place... Ce n'est pas une critique, mais un constat.

honorable dit :
9 juin 2014 à 21 h 09 min

@Louis et Pierre-Luc Tremblay: la syndicalite aigue des boomers a effectivement eu, et continue d'avoir, des effets négatifs sur l'emploi des plus jeunes. Je suis le premier à le déplorer, mais n'y suis pour rien: je n'ai jamais été syndiqué, tout en étant le premier à admettre que j'aurais bénéficié d'un meilleur salaire et de meilleures conditions de travail si j'avais été syndiqué.

Mais ce qui est bon pour les syndiqués n'est pas nécessairement bon pour la nation. C'est cela qu'il faut comprendre. Ce qui est bon pour les syndiqués n'est bon que pour les syndiqués: eux seuls en profitent, au détriment des autres.

honorable dit :
9 juin 2014 à 21 h 13 min

La syndicalite aigue des boomers fait en sorte que quand un plus jeune et plus compétent se pointe, le boomer syndiqué moins compétent ne perd pas son emploi. C'est déplorable. Les hôpitaux, les écoles et les industries ne devraient contenir que le personnel le plus compétent, et du personnel dont 30 ou 50% des membres ne sont là que grâce à leur ancienneté.

le nationaliste dit :
9 juin 2014 à 21 h 32 min

Mais c'est tout ce qui importe pour les adultes : la dette, la santé, l'économie (vous en avez tellement parlé). Nouveauté depuis 10ans. L'environnement et la religion. Mais l'instruction...on en parle jamais. Sauf quand des jeunes vont dans la rue. Et encore, on parle d'argent. Des frais scolaires et des sommes perdues par les commerçants. Bref, tout tourne autour de la santé, de la violation des arbres, de la violation du droit aux religions et principalement de l'argent.

À quand une importante discussion nationale autour de l'éducation et de l'instruction.

Prise de bec dit :
9 juin 2014 à 22 h 20 min

On a eu accès à l'immobilier à rabais! Vous oubliez cependant qu'à cette époque les coûts d'intérêt ont monté jusqu'à 22%. Si aujourd'hui on n'a plus de taux d'intérêt d'épargne c'est pour vous permettre d'avoir des taux d'intérêt sur l'immobilier à du 3% alors on repassera pour les leçons à donner... Nos maison on les achetaient à 35 ans. On n'avait pas chacun son auto, on prenait l'autobus et on ne faisait pas de voyage dans le Sud. Nos meubles on les changeaient quand le dernier enfant avait quitter le domicile et on n'était pas habillé comme des cartes de mode, on usait nos fonds d'culotte.

Si les enfants rois ont existé, c'est qu'on a été généreux avec eux, on les a éduqués et ont leur a donné ce qu'on n'a pas eu et tout ce que l'on reçoit comme remerciement c'est de se faire traiter comme la pire des espèces. Les parents que nous sommes ont fait plus pour leur enfants que vous ne ferez jamais pour les vôtres.

Si ce n'était pas des maudits baby boomers, vous n'auriez pas de gardiennes gratuites qui gardent vos enfants sans vous demander une cent en plus de les nourrir et de donner un coup de pouce pour les l'habillement en plus des cadeaux à tous et chacun. Le problème c'est que vous n'en avez jamais assez. Vous n'êtes pas content de vos conditions de travail, faites comme nous, cessez de brailler et aller voir ailleurs jusqu'à ce que vous dénichiez un emploi qui vous plaisent. Nous avons mené nos combats c'est à votre tour de menez les vôtres et soyez patient, vos enfants en auront tout autant à vous reprocher. La vie est une roue qui tourne.

Assez évident dit :
9 juin 2014 à 22 h 29 min

Ouaaaaaaaaah! Trop drôle Lise. Qu'avez-vous bu en fin de semaine? Avez-vous déjà vu un jeune aire du bénévolat? S'impliquer socialement? Coacher ou aider à coacher une équipe s'il n'y a pas de salaire? Pas moi ... et je suis assez bénévole depuis trop longtemps.

Ginette dit :
9 juin 2014 à 22 h 35 min

Chaque génération a eu sa part de misère et d'abondance. Chaque génération a fait de son mieux pour vivre et faire vivre sa famille. Une chose est sûre, tous ont travaillé à la sueur de leur front et ont payé ce qu'ils devaient payer. Au tour de la génération montante de travailler fort, d'avoir des enfants et de leur donner toutes les chances possibles pour qu'à leur tour ils travaillent pour le futur de leurs enfants. La vie change à un rythme effréné et il faut saisir toutes les occasions qui s'offrent à tous d'être heureux. Le partage fait du bien à l'âme.

Michel Boulé dit :
9 juin 2014 à 22 h 43 min

Ah,les jeunes!

Ils pensent qu'ils vont révolutionner le monde!

Ils ont tellement le nez collé dans leur téléphone

qu'ils tombent entre 2 wagons de métro!

Je vois souvent de très jeunes couples marchant

côte à côte et parlant au cellulaire...avec quelqu'un d'autre!

La génération ``je communique pour ne rien dire``.

Une génération où 3 jeunes filles de 16 ans vont faire

la fête dans des bars,rentrent à 3 heures du matin avec

un inconnu ivre et quand arrive l'accident,elles le blâme!

Heille,les filles,à 3 heures du matin,votre place est dans votre lit!

Et les médias ont embarqués dans cette histoire sans jamais

poser les vrais questions.

Une génération qui ne veut rien savoir de ce qui c'est

passé dans le passé et ce,dans tout les domaines

parce que depuis qu'ils sont tout petits,on leur a fait croire

que tout ce qu'ils faisait était tellement merveilleux,

sans aucune critique.

Fallait pas les traumatiser!

Une génération où les filles sont toutes géniales et où

les garçons sont tous des imbéciles qui ont besoins d'être

materné.(Regardez les publicités)

Il n'y aura pas de révolution,oubliez ça.

Comme elle est belle cette génération de p'tits n'amis!

Michel Boulé dit :
9 juin 2014 à 23 h 02 min

Je tiens à spécifier que les 3 jeunes filles en

question ont reçues l'absolution de leur père respectif`.

Je ne veut pas blâmer les 3 jeunes filles qui avaient

16 ans au moment de l'accident,donc mineures.

Ce sont les pères en question que je blâme car ils

n'ont pas jouer leur rôle de protecteur et de gardien.

Mais il reste qu'elles étaient fâchées contre le conducteur,

sans aucune auto-critique qu'elles n'auraient pas dût se

trouver là à 3 heures du matin.

Voilà.

Froide Réalité dit :
9 juin 2014 à 23 h 08 min

Madame Ravary, si vous aviez un peu nuancé vos propos, vous auriez pu avoir une certaine crédibilité.

Malheureusement, vous vous êtes contenter d'écrire des énormités et complètes exagérations dans le seul but de provoquer de l'agitation sur votre blogue.

Pathétique.

simon picotte dit :
9 juin 2014 à 23 h 51 min

Ceux qui avaient 30 ans en 1969 sont définitivement les meilleurs. Une génération avant les boomers. Les boomers ont abandonné leurs parents c'est scandaleux. Pas la clique de 69. En somme, boomers et suivant ça fait dur. Hold up intergénérationel etc: J'espère qu'ils seront punis.

simon picotte dit :
10 juin 2014 à 0 h 25 min

Méfions-nous des expressions comme « bardés de diplômes ». Les universités publiques québécoises garochent les diplômes par les fenêtres. Celui qui détient un double doctorat de l’Uqam a moins de crédibilité que celui qui détient un seul bac de McGill. Faut faire attention où on se tient et où on met les pieds. Sinon le "marché" nous punit!

La Clique du Plateau dit :
10 juin 2014 à 6 h 58 min

Égoïstes, les jeunes? Après avoir lu ce que vous avez écrit sur la jeunesse lors du printemps érable et ce que vous écrivez ce matin, je me demande laquelle est la vraie Lise Ravary?

Et aussi, votre hamburger mange sur le Plateau, me semble que vous aviez déjà écrit un article il y a un certain temps sur le fait que vous n'iriez plus manger dans un restaurent du Plateau. Vous aviez oublié?

le nationaliste dit :
10 juin 2014 à 8 h 21 min

Les baby-boomers sont les enfants de la deuxième guerre mondiale. Ils se sont tout donner. Et en 40 ans, la biosphère est mal en point, la politique internationale est tendue, la génération 70 a ouvert la voie au mondialisme et la génération des années 80 au capitalisme sauvage. Le monde est actuellement une soupe hétérogène de conflits sociaux divers, parfois meurtriers, et chaotiques.

Voilà ce qu'on a donné aux jeunes. Ils devront faire face à des enjeux qui défient tous les précédents.

le nationaliste dit :
10 juin 2014 à 8 h 29 min

@Michel Boulé

Ces jeunes qui ont le nez collé dans leur cellulaire. Qui leur a instruit cette manière de vivre ? Ce ne sont sans doute pas eux qui l'ont inventé. Les jeunes dont vous parlez sont les premières victimes de cette société de consommation obsessive qui a été construite à partir des années 70-80. Toutes les "patente à gosse" du marché de la consommation, les jeunes n'en sont pas responsables. Aujourd'hui, les parents achètent un portable à un enfant de 10 ans. Vous pointez les mauvaises personnes.

Pierre-Luc Tremblay dit :
10 juin 2014 à 8 h 43 min

J'aimerais vraiment que ceux qui disent que chaque génération est égale commentent ceci: Comment expliquez-vous que tous les économistes s'entendent pour dire que les générations x et y sont les seules générations à vivre plus pauvre que la génération précédente dans toute l'histoire?

Ne venez surtout pas vous comparez à notre situation car il vous manque l'empathie qu'il vous faut pour vous mettre à notre place. Vous avez vécu une époque d'essor économique sans précédent alors que vous arriviez sur le marché du travail. Les entreprises voulaient de la main d'œuvre alors ils ont payé les boomers pour. Une fois que ceux-ci ont pris le pouvoir, ils ont sécurisé leurs conditions de travail. Ils ont décidé qu'il fallait absolument couper ailleurs lorsque cela était nécessaire dont dans les salaires, les postes et les conditions des plus jeunes, d'où les fameuses clauses orphelins. Ils ont cessés de former les nouveaux employés pour économiser (Francoise Bertrand, présidente des chambres de commerce a fait un sévère blâme aux dirigeants boomers qui ont créés, par ces actes, une pénurie de main d'œuvre qualifiée).

Un boomer sans instruction pouvait commencer commis et finir président. Il y a combien de dirigeants d'entreprises sans diplômes? Aujourd'hui, ces mêmes dirigeants demandent aux jeunes 2 bac et 6 ans d'expérience pour des postes qu'ils ont occupé sans rien.

Ils ont eu accès à l'immobilier à rabais. Un bungalow à 50 000$ c'était légion il y a 30 ans. Essayez d'en trouver un aujourd'hui à moins de 250 000$...

Le régime des rentes du Québec qui est totalement inéquitable, devinez qui doit compenser pour les Boomers? Les jeunes et le pire c'est qu'ils s'en foutent.

Il en reste encore certains qui reconnaissent avoir eu de la chance de naître en 1952 et comprennent la dure réalité des jeunes d'aujourd'hui, mais à voir les commentaires ici, ils ne sont pas légion!

Assez évident dit :
10 juin 2014 à 8 h 44 min

Bob. L'une des meilleures réponses à cette chicane dans un verre d'eau: Prise de bec dit : 9 juin 2014 à 22 h 20 min On a eu accès à l’immobilier à rabais! Vous oubliez cependant qu’à cette époque les coûts d’intérêt ont monté jusqu’à 22%. Si aujourd’hui on n’a plus de taux d’intérêt d’épargne c’est pour vous permettre d’avoir des taux d’intérêt sur l’immobilier à du 3% alors on repassera pour les leçons à donner... Nos maison on les achetaient à 35 ans. On n’avait pas chacun son auto, on prenait l’autobus et on ne faisait pas de voyage dans le Sud. Nos meubles on les changeaient quand le dernier enfant avait quitter le domicile et on n’était pas habillé comme des cartes de mode, on usait nos fonds d’culotte.

Si les enfants rois ont existé, c’est qu’on a été généreux avec eux, on les a éduqués et ont leur a donné ce qu’on n’a pas eu et tout ce que l’on reçoit comme remerciement c’est de se faire traiter comme la pire des espèces. Les parents que nous sommes ont fait plus pour leur enfants que vous ne ferez jamais pour les vôtres.

Si ce n’était pas des maudits baby boomers, vous n’auriez pas de gardiennes gratuites qui gardent vos enfants sans vous demander une cent en plus de les nourrir et de donner un coup de pouce pour les l’habillement en plus des cadeaux à tous et chacun. Le problème c’est que vous n’en avez jamais assez. Vous n’êtes pas content de vos conditions de travail, faites comme nous, cessez de brailler et aller voir ailleurs jusqu’à ce que vous dénichiez un emploi qui vous plaisent. Nous avons mené nos combats c’est à votre tour de menez les vôtres et soyez patient, vos enfants en auront tout autant à vous reprocher. La vie est une roue qui tourne.

Lange dit :
10 juin 2014 à 9 h 25 min

Bin oui... tout ça est vrai... Les sociologues appellent ça un fossé générationnel! Pis après? C'est comme ça depuis le début des temps, chaque génération se croit meilleure que la précédente et de la suivante. Qui sommes-nous donc pour faire la morale aux autres? S'il y a bien un terme qui ne va pas avec le mot Génération, c'est le terme généralisation! Alors faut pas en abuser svp

Diane H. dit :
10 juin 2014 à 9 h 38 min

Pourrait-on simplement s'entendre qu'une génération ou l'autre, on a tous nos bons coups et nos mauvais coups?

Eh oui, les jeunes, il faut avoir espoir en eux, il faut les aider du mieux qu'on peut pendant qu'on le peut, nous les générations précédentes.

Des fois je les vois aller et je suis découragée, mais je me rappelle alors des paroles de mes parents et grands-parents, lorsqu'ils parlaient de notre génération montante en mon temps: "c'est bien pire que dans notre temps!" disaient-ils, mais on le dit aussi de la génération qui suit, alors qu'ils font faire leur possible....ni pire ni mieux que nous en fin de compte!

Marc Collin dit :
10 juin 2014 à 10 h 08 min

Vous y aller pas assez fort. C'est un hold up qui a eu lieu.

On paye pour ces vieux qui ont eu tout cuit dans le bec et ils voudraient que ça continue. Qu'ils prennent leurs responsabilités pour une fois dans leur vie qu'ils assument leurs gestes.

Emily dit :
10 juin 2014 à 10 h 42 min

Il y a eu de grands visionnaires issus de la génération des boomers. Je ne peux le nier. Cependant, ce n'est pas parce que certains d'entre eux ont fait de grandes choses que l'on peut en juger ainsi de toute cette génération. Beaucoup d'entre eux sont devenus des yuppies dans les années 80 qui n'avaient d'intérêts que pour le statu quo à condition que celui-ci puisse leur permettre de vivre le plus confortablement possible. L'expression YOLO (You only live once) aurait très bien pu apparaître dans les années 60. Beaucoup de Boomers ont tout tenté pour augmenter leurs libertés individuelles en prétextant qu'ils ne vivaient qu'une fois mais ils n'ont pas pensé aux conséquences futures. Tout cela a eu des répercussions sur les conditions environnementales, sociales, politiques et par le fait même sur tous leurs descendants. Donc, je crois que c'est une génération qui a légué un héritage grandiose pour l'humanité (sur la plupart des plans) mais en même temps, ils n'ont pas pensé aux lendemains, tellement ils étaient plongés dans l'individualisme.

Denis Dubé dit :
10 juin 2014 à 10 h 45 min

Les conflits des générations existent depuis la nuit des temps. Les mangeurs de mammouths autour du feu , leurs discours ne doivent pas être trop différents de ceux que l'on entend aujourd'hui. ;o)

Inscription babylonienne (plus de 3000 av.J-C) :

« Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. »

Prêtre égyptien (2000 av. J-C) :

Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut être très loin.

SOCRATE (470-399 av. JC) :

« Les jeunes d’aujourd’hui aiment le luxe; ils sont mal élevés, méprisent l’autorité, n’ont aucun respect pour leurs aînés, et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu’un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société se hâtent à table d’engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. »

PLATON (347 av. J-C) :

« Lorsque les pères s’habituent à laisser faire leurs enfants,

lorsque les fils ne tiennent plus compte des paroles des pères,

lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves, et préfèrent les flatter,

lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus, au dessus d’eux, l’autorité de rien ni de personne, alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie. »

« Gustave LANSON », dans La crise des méthodes dans l’enseignement du français, conférence au Musée pédagogique en 1909 :

« Nous donnons à des élèves, de moins en moins aptes à le recevoir, un enseignement de moins en moins propre à leur être communiqué. Nous avons aujourd’hui des élèves dont le plus grand nombre nous arrive de leurs familles mal préparés à étudier de manière littéraire la langue et la littérature française».

Pierre-Luc Tremblay dit :
10 juin 2014 à 10 h 50 min

Diane H:

Quand je parlais de certains Boomers qui avaient de la compassion je pensais justement à vous :) Ceci dit, Un comportement problématique est facile à changer, un gouffre économique l'est moins. Il y a tellement moins de possibilités d'avoir une qualité de vie pour les jeunes aujourd'hui contrairement à il y a 30 ans. Pourquoi pensez-vous que les agences de placement soient aussi populaires? Parce que la majorité des postes disponibles pour les 18-40 ans sont justement des postes temporaires, à contrat, sans sécurité d'emploi ni avantages sociaux.

À entendre certains, on croirait que les jeunes travailleurs vivent sur l'or et ont tout et qu'aucun n'ait jamais fait de sacrifices. C'est tellement triste de voir ça car des diplômés en gestion, en administration, en comptabilité, qui se tappent pendant des années des postes à 15$/h sans avantages sociaux ni sécurité d'emploi alors que les Boomers de l'entreprise ayant le même poste bénéficient de tous le pakage deal, et se permettent de les traiter de gâté pourri par dessus le marché c'est très insultant.

Vous voyez comment il faut se battre pour faire payer leur juste part aux Boomers syndiqués dans les régimes de retraite? On ne parle pas de 100%, seulement de 50% et ils refusent. Vous vous rappelez le tollé que la mesure du report de la retraite de 65 à 67 ans a soulevé chez les Boomers? Pensez-vous que vos enfants vos la prendre leur retraite à 67 ans?

Les programmes politiques sont votés pour la génération qui détient le pouvoir démographique, c'Est à dire les Boomers. Quand avez-vous entendu parlé d'éducation, de formation des nouveaux travailleurs dans la campagne électorale? Il n'y en avait que pour les soins aux aînés et la santé. Les jeunes pouvaient aller au diable. Et après on se surprendra qu'ils se désintéressent de la politique.

Steve Harvey-Fortin dit :
10 juin 2014 à 11 h 05 min

L'Amérique a profité du boom de l'après guerre qu'elle a elle-même provoqué avec les alliés pour se donner du pouvoir. L'Amérique se cherche encore des ennemis afin de se donner plus de pouvoir et c'est ce qui guette les jeunes d'aujourd'hui. La mondialisation n'est qu'une intention pieuse de commercialisation pour montrer aux gens qu'il n'y a plus de frontières économique. La réalité est que les frontières sont de plus en plus fortifiées face à la menace terroriste qu'engendre cette mondialisation.

Pour les jeunes c'est l'attente passive de la destruction inévitable de tout ce château de carte érigé en système de propagande économique. En Amérique maintenant si vous posséder une maison c'est déjà un miracle car le travail n'est plus un droit mais un privilège donné à qui on veut. Vous ne pouvez plus être excellent ou médiocre dans ce que vous faite car on vous surveille jour après jour dans votre travail. Avant on ne faisait pas que rêver mais on réalisait aussi nos rêves, maintenant on ne peut que rêver de les réaliser car la société québécoise s'est plombée d'un fardeau économique.

Les jeunes ne veulent pas être la cinquième roue qui paiera pour tous les excès des baby-boomers qui ont profité de l'effet magique de l'après guerre comme si c'était un paradis temporel garant de l'avenir. Maintenant, nous savons que nous n'avons plus d'avenir grâce à eux car ils n'ont pas su regarder au-delà des circonstances et ils se sont tous jeté sur la manne qui passait. Et maintenant, ils disent aux jeunes de faire comme eux dans des conditions différentes, mais le jeune aujourd'hui ne peut que se payer qu'un logement d'une pièce et demi TOUT COMPRIS.

André Delorme dit :
10 juin 2014 à 11 h 39 min

À force d'avoir une opinion sur tout on en vient à dire n'importe quoi. Un peu de vacances peut-être ?

John Doe dit :
10 juin 2014 à 12 h 09 min

Selon Montesquieu, la jeunesse reçoit trois types d'éducation: Celle du père, celle de ses maîtres, et celle du monde. Et quelle meilleure époque pour la troubler de contradictions?

Dominique Lavoie dit :
10 juin 2014 à 12 h 36 min

"Comment expliquez-vous que tous les économistes s’entendent pour dire que les générations x et y sont les seules générations à vivre plus pauvre que la génération précédente dans toute l’histoire? "

Plus pauvre ou plus endettée? Allez voir qui sont les heureux propriétaires des horreurs architecturales du 10-30 ou encore ceux qui achètent les néo-manoirs. Deux VUS dans le stationnement, les dernières bébelles technologiques dans la maison. On veut tout, tout de suite et rien que le plus beau, le plus cher. Rien à voir avec le petit bungalow acheté dans la trentaine avancé de vos parents. Cartes de crédits en série et pleines à craquer. On ne se pose jamais la question de savoir si on en a les moyens ou si on en a besoin, on l'achète, point final!

Bardés de diplômes? Peut-être que les employeurs d'aujourd'hui tiennent en compte la "normalisation" des notes qui fait qu'un diplôme universitaire d'aujourd'hui ne vaut pas tellement plus cher qu'un diplôme d'études secondaire d'alors? Vous êtes aussi au courant que les employeurs n'ont pas tous un âge canonique et que ceux qui vous rejettent ont votre âge?

La fonction publique est verrouillée? Quand tout le monde chiale pour qu'on dégraisse l'État? Ce n'est pas tout le monde qui travaille pour l'État tout en s'en sortant plus que bien. Au lieu de vivre su'l party maintenant et de crever sec quand vous serez vieux, mettez-vous de l'argent de côté! Pas tout le monde non plus qui a un fond de pension payé.

Si on a eu l'explosion d'emploi, c'est que nous n'avions pas un bon gros paquet de JEUNES désœuvrés qui ne foutent rien de leurs dix doigts à part mettre des bâtons dans les roues de tous les projets. On s'en créait de l'emploi! Steven Guilbeault et François Saillant, ça a déjà eu une vraie job ces petites bêtes-là? Et NON, je ne considère pas être marxiste-léniniste comme une job. Productive en tout cas!

Dominique Lavoie dit :
10 juin 2014 à 12 h 53 min

L'amour sans SIDA? La morale & la religion faisait qu'on ne baisait pas avec tout le monde & n'importe qui. Parce que c'est d'abord comme ça que le mal s'est répandu même s'il y a d'autres modes de diffusions

La bière entre les jambes dans la voiture? Il y a quoi de changé côté statistiques de jeunes qui se tuent ben saouls au volant?

Les frais de scolarité gelés? Il a été démontré que les frais d'alors compte tenu des revenus, coûtaient plus cher que ce que nos braillards payent aujourd'hui. TOUS les partis politiques sans exception qui ont tenté une indexation se sont fait rentrer dedans. Nos chers jeunes tellement engagés à combattre l'injustice ont mis Montréal à feu & à sang avec une belle facture de $6 millions, pelletant sans remords la facture dans la cour de ceux qui vont les suivre pour ne pas payer leur juste part. On repassera pour la grandeur d'âme!

L'environnement? Vous avez lu ce courriel où on parle de nos sacs d'épicerie en PAPIER, de nos contenants de lait, de jus et de boissons EN VITRE? Du métier de cordonnier aujourd'hui disparu, on usait nos chaussures à la corde et on portait souvent le linge des autres? Mes enfants ont eu des couches en coton & des fesses en bien meilleur état. Moins de scrap dans la nature. Je sèche encore mon linge dehors & je ne prends pas mon auto pour aller au coin. Si je peux payer des tomates moins cher parce qu'elles n'ont pas une belle formeronde parfaite, je le fais! On jetait moins de nourriture parfaitement comestible "meilleur avant". Vous buvez de l'eau en bouteille? Je ne suis pas morte de boire celle du robinet. Moins "in" mais pas morte. On faisait plus avec moins. Les vacances se passaient en ville dans les parcs, pas à Cuba dans un tout inclus

Pauvres jeunes! Faudrait pas qu'il y ait une grosse, une vraie crise, ils seraient tellement démunis avec leurs goûts de luxe qu'ils ne survivraient pas longtemps

On avait une vie moche? On ne manquait de...

Dominique Lavoie dit :
10 juin 2014 à 13 h 06 min

"Un bungalow à 50 000$ c’était légion il y a 30 ans. Essayez d’en trouver un aujourd’hui à moins de 250 000"

En 1974. J'avais tout juste 20 ans et pas les moyens de me payer un néo-manoir. Mon taux horaire était un fabuleux $5.50 ce qui était une bonne paye il y a 40 ans. La maison que nous avions alors acheté valait... $24,000. Même si les cabanes à $100,000 existaient dans le temps. Ça existe encore les maison en bas de $250,000, mais faut s'éloigner de Montréal d'une trentaine de minutes. Ce que j'ai fait: ça sent bon l'air pur chez moi. C'est paisible. Mon argent de taxes est bien employé. Que du positif! Bon même si ma propriété est plus que bien, c'est clair que je ne peux pas péter de la broue avec. Payée moins de $200,000 il y a 5 ans. Si je vous disais mon revenu brut, vous me traiteriez de menteuse. Pourtant, je me paye ma petite maison avec très peu de sous. J'ai choisi mes priorités.

Je travaille aujourd'hui pour m'amuser. Avec des jeunes. Qui buchent pour avoir de bons emplois et qui travaillent tout en étudiant. Qui n'ont pas grand respect pour ceux qui choisissent des secteurs où il n'y a aucun débouché comme les sciences dites molles.

Ces jeunes vont réussir. Et se faire dire plus tard par les enfants des autres qu'ils ne sont que des parasites qui ont tout gardé pour eux. Comme moi et comme tous ceux qui ont trimé dur pour ce qu'ils ont, leurs critiques les feront sourire.

"Que faisiez-vous aux temps chauds dit-elle à cette emprunteuse. Nuit et jour à tout venant, je chantais ne vous déplaise. Vous chantiez? J'en suis fort aise! Eh bien dansez maintenant!"

Dominique Lavoie dit :
10 juin 2014 à 13 h 10 min

La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule; elle construit sa maison & prépare ses provisions pour l’hiver. La cigale pense que la fourmi est stupide; elle rit, danse & joue tout l’été. L’hiver arrive, la fourmi est au chaud & bien nourrie

La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse &demande pourquoi la fourmi a le droit d’être au chaud & bien nourrie tandis que les autres moins chanceux comme elle ont froid et faim

La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid & qui passent des extraits-vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions

Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d’autres vivent dans l’abondance

Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi. Les journalistes organisent des interviews demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale & interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu’elle paie "sa juste part"

En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l’égalité économique & une loi rétroactive à l’été d’anti-discrimination

Les impôts de la fourmi sont augmentés & la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide

La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n’a pas assez d’argent pour payer son amende & ses impôts.La fourmi quitte la France pour s’installer avec succès en Suisse

La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée: elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin

L’ancienne maison de la fourmi devenue logement social pour la cigale se détériore car cette dernière n’a rien fait pour l’entretenir. Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque...

Dominique Lavoie dit :
10 juin 2014 à 13 h 12 min

(suite)

Une commission d’enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 Millions d’euros

La cigale meurt d’une overdose; Libération et L’Humanité commentent sur l’échec du gouvernement à redresser sérieusement le problème des inégalités sociales

La maison est squattée par un gang d’araignées immigrées; le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France

Les araignées organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté

Je n'en connais pas l'auteur. Pas plus que je ne connais l'auteur du Petit Coq Rouge que vous trouverez sans peine comme des grands...

Ça vous dit quelque chose ces textes? Pauvres enfants!

Pierre-Luc Tremblay dit :
10 juin 2014 à 13 h 47 min

Alors résumons le message de Dominique Lavoie:

Les jeunes sont imbéciles, idiots, paresseux, ne devraient choisir que les sciences pures comme carrière, ne veulent que demeurer à Montréal (elle n'a pas vu les prix des maisons sur la Rive-Nord ou la Rive-Sud), sont décadents sexuellement (les boomers n'ont pas inventé l'amour libre...), consomment et gaspillent comme des malades mais empêchent en même temps le développement économique en raison de leurs convictions environnementales.

Et finalement que les Boomers ont tout créés, n'ont jamais rien fait de mal, ont pensé à tout le monde, étaient les plus vaillants, les plus intelligents, les plus visionnaires.

J'ai énormément de difficulté avec ce genre de discours qui valorise tellement l'un pour descendre l'autre. Jusqu'ici, je n'ai jamais rencontré de gens parfaits, si ils existent vite donnez-moi leurs noms. À entendre Dominique, tout le mal est arrivé à partir de 1980. Vaut mieux en rire qu'en pleurer.

Est-ce que ma génération a des défauts? Certainement! La technologie nous a contaminé. Nous manquons de passions et d'espoir en l'avenir. Certains devraient apprendre la bienséance et les bonnes manières quoique cela vient avec l'éducation que l'on reçoit et c'est inquiétant de voir le type de parents que les x deviennent (l'enfant-roi).

Mais est-ce trop demandé de se regarder dans le miroir et d'avouer les avantages que l'on a eu et les mauvais coup que nous avons faits? Manifestement pour Dominique Lavoie et ses semblables, cette chose est impossible puisque les boomers sont parfaits, plus intelligents que tout le monde et n'ont jamais bénéficié de plus que ce qu'ils ont pris.

Je n'ai plus rien à rajouter si c'est le cas.

papajohn dit :
10 juin 2014 à 14 h 37 min

" qui ont finit par régler la crise qu’avait suscité l’intransigeance du gouvernement." Jo Vézina

De un, l'augmentation des frais était bien inscrite dans la plateforme du parti Lib .

De deux, les universités sont sous financées et ont un réel besoin de mise a jour

Trois , si il y a eu intransigeance, elle était du coté des étudiants et le péku s'en est servi pour faire un putsch électoral aidé des syndicats

Quatre ce que proposait les Lib aidait vraiment les plus pauvres pour l'accès a de hautes études alors que maintenant TOUS sont pénalisés et les augmentation ont été moins hautes que demandé par le Lib mais toutes déductions fiscale , elles représentes une plus grosse perte que ce que vous croyez avoir sauvé

Cinq vos représentants de merde vous ont tous enc....r en se poignant de bonnes jobs au public sur votre dos !!!

Steve Harvey-Fortin dit :
10 juin 2014 à 15 h 25 min

@ Dominique Lavoie

Vous avez le jugement facile mais on ne vit plus dans votre temps et l'aspiration des jeunes a changé de vision comme point de mire du but à atteindre. Et je pense comme eux, ils doivent avoir accès à ces choses puisque la conscience collective à évoluer et le sacrifice n'est plus le même qu'à votre époque.

Il faut vire avec son temps. Mon temps, votre temps et leur temps.

honorable dit :
10 juin 2014 à 17 h 04 min

@Dominique Lavoie: j'ai travaillé 100 heures par semaines pendant quelques années. Pour le désir de progresser, d'apprendre et de faire avancer l'humanité, pas pour l'argent (pas un cent de plus que si j'avais travaillé 35 heures par semaine). Je ne vois pas beaucoup de gens des générations X et Y qui le font... et encore moins qui le font sans demander un bonus... On a raison de critiquer les boomers syndicalistes et syndiqués, mais pas les autres boomers, ni les parents de ces boomers.

Nelson dit :
10 juin 2014 à 17 h 44 min

Égoïste est un insulte, et insulter des parties de la société n'ai pas de sens.

Les jeunes sont plutôt inquiets de leur avenir parce que l'abondance des années 60-70-80 st passé, et la vue sera plus difficile.

Mondialisation qui transfère une gros partie de notre économie vers des pays émergentes à salaires ridicules , ET NOIS LES LAISSONS FAIRE, est en grand partie responsable.

Et rien faire pour contrôler le secteurs financier gansteril planétaire dérégulé sans aucun contrôle, met tous les démocraties à genoux avec des menaces de décote.

En espérant que les jeunes comme Gabriel Nadeau Dubois ne lâchent pas leurs luttes pour leur propre survie, il faudrait se réveiller un peu nous tous, aussi.

simon picotte dit :
10 juin 2014 à 18 h 37 min

une fraction des boomers est "correcte" 15% environ. Mais vrai que les enfants sont pires. Les carrés rouge sont les enfants des boomers. Donc, personne ne peut vraiment chialer puisque la progéniture est 100 fois pire. Y'a rien de pire qu'un carré rouge en fait.

simon picotte dit :
10 juin 2014 à 20 h 36 min

En somme, les générations sont comme les cultures, elles ne sont pas tous égales. Y’a des générations supérieures!

Dominique Lavoie dit :
10 juin 2014 à 23 h 13 min

PLT

Rien compris comme d'habitude!

"Les" jeunes ne sont pas imbéciles, idiots et paresseux. Certains jeunes le sont. Les autres RÉUSSISSENT et deviennent vos PATRONS qui ne veulent pas embaucher des imbéciles,des paresseux et des idiots. J'ai hâte de voir le taux d'embauche de la cohorte de 2012.

"Les" jeunes ne veulent pas tous vivre à Montréal dans le smog, le bruit, la saleté et la criminalité. Certains jeunes choisissent la banlieue et se font vomir dessus par ceux qui se sont dégotés des jobs idéalistes pas payantes qui les condamnent à métro boulot dodo.

"Les" jeunes ne sont pas tous des débauchés. Certains jeunes ont encore de belles valeurs.

"consomment et gaspillent comme des malades mais empêchent en même temps le développement économique en raison de leurs convictions environnementales. "

Euh... oui! Si vous n'étiez pas vivant dans les années 50-60-70, vous n'avez AUCUNE mesure de comparaison côté gaspillage et empreinte écologique. J'ai donné des exemples. Il y en a des tonnes!

Bien sûr que les Boomers ont des torts: on n'a pas voulu que vous connaissiez les mêmes privations que nous, on a oublié de vous inculquer le respect et le sens des valeurs. On vous a outrageusement gâtés. Juste le meilleur pour vous autres: on a créé des monstres d'égoïsme! Mea culpa!

Nous ne sommes pas plus intelligents, mais plus débrouillards. Pas plus fins, mais plus persistants.

Savez quoi? je vous SOUHAITE une belle grosse crise, une vraie. Les Boomers, ces enfants d'après-guerre qui ont mangé de la misère en masse, vont s'en sortir. On a appris à faire tout avec rien. On va vous regarder aller et rire...Parce que vous autres, vous faites rien avec tout: vous avez eu l'instruction que nous n'avons pas eue, des moyens incroyables que notre société vous a donnés et vous trouvez encore moyen de brailler. Vous êtes gras dur et trop mesquins pour vous en rendre compte. Vous méritez que la Vie vous donne une bonne leçon.

Pierre-Luc Tremblay dit :
11 juin 2014 à 6 h 09 min

Dominique:

Vous êtes tellement dédaigneuse en enragée envers les jeunes que je vous plaint. Vous êtes trop orgueilleuse pour avouer un vrai tort de votre génération, vous venez de nous faire une déclaration de faux-tort sur le dos des autres.

Vous êtes une cause perdue et très loin du calibre de Diane H que j'adore et admire. Juste nous souvenir de vos propos remplis de jugements sur l'homosexualité que je ne devrais pas être surpris de votre blocage sur tout ce qui n'est pas comme vous.

Farewell

Pierre-Luc Tremblay dit :
11 juin 2014 à 6 h 20 min

Dominique :

Finalement un dernier point (vous évitez tous les points que j’amènes)

Si les boomers ont toujours été si généreux et aucunement égoïste, comment expliquez-vous les Clauses Orphelins? Venez expliquer de quelle bonté d'âme les Boomers ont créés une mesure qui sacrifie les conditions des plus jeunes pour conserver ses propres acquis et faire payer les sacrifices par ceux qui nous suivent?

Vous manquez tellement d'éducation que vous ne savez surement même pas ce que sont les clauses orphelins sinon vous n'oseriez pas déclarer votre génération d'angélique!

papajohn dit :
11 juin 2014 à 8 h 01 min

Dominique Lavoie dit :

10 juin 2014 à 23 h 13 min

PLT

Rien compris comme d’habitude! TOTALEMENT D'ACCORD avec vous. PLT penses être le seul a avoir dû travailler en même temps qu'il faisait ses études , il est un pauvre ados de 30 ans passées une victime de la vie! Oui nous n'avions rien mais nous avions la planète a découvrir ! et eux ont accès a la grandeur de la planète et n'ont jamais rien a faire! "cé plate" est devenu la phrase qu'un parent entend le plus souvent ! nous notre phrase était quant-est-ce qu'on arrive! être immobilisé a la même place sans bouger était un martyr, 1h30 enfermé dans un char pour aller voir une tante était une sentence a vie, en plus il ne fallait pas se salir un coup sur place car nous c'était le ballon, la balle , la pêche dans le creek , le vélo, les camp dans le bois , ou on développait des habilité manuelles comme scier une planche droite, frapper un clou avec un marteau produire de quoi avec nos mains !

À la blague depuis la création du micro onde qu'a -t-on créé réellement? a part la version 7.0 d'une cochonnerie applicable sur un ordi rien ! en tout cas rien d'utile a une survie dans le bois .

la seule chose qui me saute aux yeux c'est que les gens demande a perdre de plus en plus leurs liberté individuel au profit d'une collectivité de plus en plus faible car chacun se dit pourquoi j'en ferais plus alors que les autres sont là pour faire la job !

Le résultat de la MOYENNE collective!!

papajohn dit :
11 juin 2014 à 11 h 58 min

Pierre-Luc Tremblay dit :

11 juin 2014 à 6 h 09 min

Dominique:

"Vous êtes tellement dédaigneuse en enragée envers les jeunes que je vous plaint."

Pour ça oui tu te plains constamment, et rendu a 32ans (me semble) il serait temps que tu sorte de la jeunesse car je te signale que t'es potentiellement rendu au milieu de ta vie.

Mon fil de 23 ans c'est un jeune adulte et ma fille de 27 ans est une adulte et se comporte comme tel. toi tu es une jeune victime gai incompris GET A LIFE!

Et si tu trouves de la haine dans ses écrits , y a des médoc pour ça . Car je ne suis pas souvent en accord avec ses vues de la vie, mais sur le portrait de la vie qu'elle a dressée, elle fait parfaitement mouche et je suis sur qu'une très grande majorité de gens sont en accord. les boomers qui profités at large du système sont en minorité jusqu'à maintenant, mais dans les prochain 10 ans , tes mensonges vont trouver un peu de véracité!

papajohn dit :
11 juin 2014 à 14 h 20 min

Pierre-Luc Tremblay dit :

11 juin 2014 à 6 h 20 min

Dominique :

Finalement un dernier point (vous évitez tous les points que j’amènes)

Si les boomers ont toujours été si généreux et aucunement égoïste, comment expliquez-vous les Clauses Orphelins? Venez expliquer de quelle bonté d’âme les Boomers ont créés une mesure qui sacrifie les conditions des plus jeunes

Clause orphelins= mesure proposées par les syndicats , TES AMIS qui ont fait exactement comme les gvt depuis 40 ans. Offrir des conditions que personne n'a demandé mais que personne n'a refusé non-plus (un fou d' une poche!). si t'avais des enfants tu refuserais les CPE?

C'est exactement le modèle québécois, on va trouver une super solution a un probleme qu'on a pas et après on y greffera un problème!

francois450 dit :
11 juin 2014 à 15 h 10 min

@ Pierre Luc Tremblay,

Aie, tu nous rabats les oreilles avec les clauses orphelins comme quoi c'est l'invention des dernières années faite par nous contre vous les jeunes. Ton manque de connaissance ou de recherche te fait mettre un pied dans la bouche.

Avant 1961 à Mtl. des policiers enquêteurs (sergent-détective) gagnaient plus cher que des sergents en uniforme. En 1961 les grades ont été unifiés mais les salaires n'ont pas changé dont tu avais des sergents-détectives promus avant 1961 qui gagnaient 22% de plus que des sergents et des sergents-détectives embauchés après 1961 qui gagnaient le même salaire que des sergents. Dont deux policiers qui faisaient la même job dans la même auto mais un gagnait 22% de plus que l'autre.

En 1969 je travaillait au salaire minimum comme étudiant et j'avais 17 ans. Mon salaire était de $0.85/h alors qu'une personne de 18 ans au salaire minimum gagnait...$1,00/h pour le même ouvrage. Fac, rien de nouveau sous le soleil.

Ton histoire de bungalow de $50,000 il y a 30 ans semble être l'aubaine du siècle pour les boomers....Tu oublies par exprès surement, qu'il y a 30 ans les salaires aussi étaient très bas.

On a abandonné nos parents en les plaçant? Ok j'imagine que votre génération allez les garder à la maison.......

Tu cherches tellement à cracher sur les autres que tu craches sur toi...................

Tu veux te