/news/currentevents
Navigation
Évasion

Des recherches à Saint-Basile

La piste d’atterrissage de Denis Marcotte, qui se trouve à Saint-Basile, aurait pu servir de zone de ravitaillement.
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUÉBEC La piste d’atterrissage de Denis Marcotte, qui se trouve à Saint-Basile, aurait pu servir de zone de ravitaillement.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la thèse selon laquelle l’appareil servant à l’évasion a été peinturé en vert est de plus en plus plausible, la Sûreté du Québec (SQ) visite de son côté des aéroports privés ou l’hélicoptère furtif aurait pu se ravitailler.

La Sûreté du Québec a investi dimanche le secteur de Saint-Basile, dans Portneuf, où une piste d’atterrissage privée, propriété de Denis Marcotte, aurait pu servir de zone de ravitaillement pour l’hélicoptère des évadés.

Denis Marcotte, qui possède deux avions en plus d’entretenir une piste d’atterrissage gazonnée a été visité par la SQ dimanche. La piste d’atterrissage, qui se trouve à moins de 15 minutes de vol de la prison de Québec, dispose d’essence pour les aéronefs. «Ça aurait pu être un endroit potentiel, c’est officiel», admet Denis Marcotte.

D’autre part, Marcel Boutin, d’Hélicostore, le représentant des Robinson 44 au Québec, assure que les deux seuls appareils verts de la province sont toujours entre les mains de leurs propriétaires.

Or, après vérification, un premier appareil serait toujours entre les mains de son propriétaire au Mont-Tremblant, alors que l’autre aéronef, initialement basé à Louiseville, aurait récemment été vendu à un propriétaire américain.

L’expert affirme aussi qu’il est très facile de camoufler un appareil avec une peinture temporaire. Il se souvient qu’une compagnie de bière qui avait peint un hélicoptère en jaune avant de le décolorer. «On la “shootait” à l’eau et elle est revenue la couleur qu’elle était.»

Il ajoute que la croix blanche que plusieurs témoins disent avoir observée sur le ventre de l’appareil servait certainement à camoufler les lettres d’appel du R44. «En dessous, c’est les lettres les plus importantes», explique Marcel Boutin.

Commentaires