/entertainment/music
Navigation
FrancoFolies

La «Saguenay invasion»

La «Saguenay invasion»
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Non pas un, mais deux groupes de la région se produiront dimanche dans la foulée des 26es FrancoFolies de Montréal.

Pour la première fois dans leur carrière sur une scène intérieure, durant les FrancoFolies, Gazoline et Mordicus offriront un programme double aux Katacombes du mythique boulevard Saint-Laurent.

«C’est le fun parce que les FrancoFolies nous font confiance pour vendre des billets et attirer du monde. C’est agréable de sortir des sentiers battus et d’essayer plusieurs genres de scène», explique le guitariste de Gazoline, Jean-Cimon Tellier.

Un classique

Bien en vogue actuellement sur la planète de la relève musicale québécoise, ce ne sera pas la première fois que les deux formations partageront la scène.

«On joue tout le temps ensemble. Par exemple, en fin de semaine, nous étions à Saint-Jérôme et Saint-Casimir. Généralement, leur chanteur, Max, vient chanter une toune avec nous autres et moi, je vais jouer de la guitare dans quelques chansons de leur répertoire», indique Jean-Cimon.

«On a tellement de fun avec les gars de Gazoline. Entre nous, il n’y a pas de compétition. Notre mission, c’est de remettre le rock francophone sur la map comme dans le bon vieux temps. En plus, on vient du Saguenay. C’est comme la ”Saguenay invasion” à Montréal», renchérit en riant le bassiste de Mordicus, Martin Moe.

Comme des frères

Il va même plus loin et lève le voile sur le degré de proximité qui règne entre les deux groupes natifs de la 02.

«Vendredi dernier, on jouait ensemble à Saint-Jérôme et on est allé souper avant le show. On s’est fait plein d’accolades. On est comme une confrérie. C’est comme nos petits frères. On les a vus évoluer et aujourd’hui on joue sur la même scène qu’eux», raconte Moe.

Commentaires