/news/health
Navigation
Étude

Les contes et l'honnêteté des enfants sous la loupe des chercheurs

tablette enfant
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les contes qui promeuvent l’honnêteté incitent davantage les enfants à dire la vérité que ceux qui mettent l’accent sur les conséquences négatives liées au mensonge, selon une étude menée entre autres par une chercheuse de l’Université McGill.

«Les contes sont utilisés par beaucoup de parents pour transmettre des valeurs et on voulait voir quelle était leur influence sur le comportement d’un enfant qui est confronté à son mensonge», a expliqué Victoria Talwar, du département de psychopédagogie à l’Université McGill.

L’étude, publiée dans la revue scientifique Psychological Science, a été menée auprès de 268 enfants canadiens âgés de 3 à 7 ans.

D’après les résultats de cette recherche, les contes qui encouragent et mettent l’accent sur les points positifs d’avouer une faute sont plus efficaces.

«Nous avons fait participer chaque enfant à un jeu dans une salle avec une expérimentatrice. Le jeu consistait à reconnaître par le bruit un objet.

Au milieu de la partie, on quittait la salle en laissant l’objet sur la table et en demandant à l’enfant de ne pas le regarder», a résumé Mme Talwar, qui a mené l’étude avec trois autres collègues.

À son retour, l’expérimentatrice racontait un conte à l’enfant parmi quatre classiques.

À la fin de la lecture, elle demandait à l’enfant si lors de son absence il avait jeté un coup d’œil à l’objet mystère.

Dans près de 75 % des cas, l’enfant a succombé à la tentation, mais les classiques comme Pinocchio ou Le garçon qui criait au loup, dans lesquels le mensonge est réprimandé, n’amènent pas le jeune à dire la vérité.

Ces contes n’ont pas plus d’influence qu’une fable qui ne traite pas du mensonge comme Le lièvre et la tortue.

Seulement 35 % des enfants ayant écouté l’une de ses histoires ont avoué leur transgression.

À l’inverse, une histoire comme celle de George Washington et le cerisier, dans laquelle le jeune Washington avoue à son père avoir abattu son cerisier, encourage l’enfant à dire la vérité.

Plus de la moitié des enfants ayant écouté ce conte ont en effet reconnu leur geste.

Commentaires