/finance
Navigation
Voitures volées

Voitures volées: pas forcément les plus récents

RE_2013_10_17T170350Z_2078834899_GM1E9AI02VJ01_RTRMADP_3_SAFRIC
Reuters Une Toyota Corolla.

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, le vol automobile est en baisse constante depuis 2003. Les montants versés pour les sinistres et les frais de règlement sont passés de 218 millions $ en 2003 à 103 millions $ en 2013.

Les statistiques du Groupement des assureurs automobiles indiquent que 22 des 25 modèles les plus volés font partie de la catégorie Camion/van.

«Plusieurs de ces véhicules sont récents, ce qui pourrait combler les demandes de réseaux criminels, désireux d’acquérir des véhicules quatre roues motrices pour l’exportation», a indiqué Anne Morin, du Bureau des Assurance du Canada.

Elle a toutefois tenu à apporter une nuance. Si le camion Ford F250 à quatre roues motrices trône au sommet des plus vendus, c’est en raison de la proportion du nombre de véhicules sur le marché. En 2013, 127 de ces camions étaient assurés au Québec, 8 ont été volés, ce qui représentent 6,3 % de tous les F250.

Mme Morin a attiré l’attention sur les véhicules les plus populaires. À ce chapitre, la Honda Civic quatre portes, vendue à plus de 188 000 unités, a fait l’objet de 307 vols. La Toyota Corolla à quatre porte, vendue à 178 500 unités a fait l’objet de 546 déclarations de vols.

«Au Canada, les capitales du vol de voitures sont Montréal et Halifax. Ces deux villes ont des activités portuaires importantes et en ce qui concerne Montréal, le bassin de véhicules est très important», a souligné Mme Morin.

Où vont les véhicules?

Le vol permet d’assouvir quatre principales motivations. La revente à l’étranger ou à un consommateur peu avisé, les pièces, l’appétit délinquant ou l’utilisation en vue de commettre un autre crime.

En ce qui concerne le marché des pièces, il explique en partie pourquoi certains modèles plus âgés font toujours partie des véhicules les plus volés. La Honda Civic 1999, la Mercedes-Benz ML320 2000 et 2003 ou encore l’Acura Integra 1999 font partie de cette catégorie.

«On peut penser qu’il s’agit de commande pour la revente ou les pièces, a dit Mme Morin. Pour certains voleurs, il est aussi plus facile de déjouer les systèmes de protection de ces véhicules qui ne sont pas obligatoirement muni de systèmes anti-vols.»

Comment se protéger ?

Difficile de se prémunir totalement contre le vol sachant que les réseaux agissent selon des méthodes qui se sont raffinées pour déjouer les systèmes. Le marquage demeure une bonne avenue contre la vente des pièces.

Rick Dubin, vice-président, Services d’enquête au BAC y va de ce conseil. «Les consommateurs doivent être vigilants quand ils achètent un véhicule ou des pièces d’occasion», a-t-il ajouté.

Commentaires