/news/politics
Navigation
Écoles illégales

Les élèves seraient soustraits à leur famille

credits, education, Yves Bolduc
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC Le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc.

Coup d'oeil sur cet article

Québec songe à soustraire à leur famille les enfants qui fréquentent des écoles illégales.

«Ça fait 25-30 ans que ça traîne, on va se donner les outils pour agir. On s’est donné un échéancier très serré», a prévenu hier le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, à l’occasion de l’étude de crédits de son ministère, à l’Assemblée nationale. M. Bolduc répondait aux questions de députés au sujet des écoles illégales qui reçoivent des enfants dans la clandestinité. Selon le ministre, une telle mesure pourrait créer une pression sur les écolesqui ne disposent pas d’un permisdu ministère de l’Éducation et sur les parents de leurs élèves pour «entrer dans l’ordre».

Ne pas envoyer ses enfants à l’école ne constitue pas un motif d’intervention par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) même si la Loi sur l’instruction publique oblige les jeunes de 16 ans et moins à fréquenter l’école, a signalé le ministre. Un comité formé de juristes des ministères de l’Éducation, de la Justice et du ministère de la Santé examine la possibilité d’adopter une loi pouvant octroyer un tel pouvoir d’intervention à la DPJ.

Loi modifiée?

Yves Bolduc reconnaît que des écoles illégales existent dans une impunité relative depuisplusieurs années. À telle enseigne qu’un juge a déjà statué que certaines de ces écoles disposaient d’un droit acquis en raison du retard à intervenir pris par le gouvernement. «On doit se donner les outils légaux pour s’assurer que tous les enfants aient accès à l’école. L’enfant pourrait être retiré du milieu familial et être obligé d’aller à une école conforme aux normes», a expliqué M. Bolduc.

Le ministre de l’Éducation n’écarte pas la possibilité de modifier la Loi sur l’instruction publique. Une telle modification pourrait inclure l’obligation de fréquenter une école conforme à la loi du lundi au vendredi aux heures normales de classe.

Commentaires