/news/politics
Navigation
Services secrets

Les libéraux veulent un plus grand pouvoir de surveillance des services secrets

RE_2012_12_02T005325Z_01_VAN01_RTRMDNP_3_CANADA
Photo Ben Nelms / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Une députée libérale fédérale a déposé un projet de loi aux Communes, afin d’accorder un plus grand pouvoir de supervision aux juges et députés sur les services secrets canadiens.

Joyce Murray (Vancouver Quadra) a affirmé que le Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC), dont le mandat est de recueillir des renseignements sur l’étranger et protéger le réseau informatique du gouvernement, fonctionne loin des regards et selon des règles trop souples.

Des politiciens et des groupes de défense de la protection de la vie privée ont critiqué le CSTC, en janvier, lorsque des documents rendus publics par le dénonciateur américain, Edward Snowden, ont révélé l’existence d’un projet-pilote du CSTC qui recueillait les adresses IP de téléphones cellulaires dans un aéroport canadien.

L’agence avait affirmé à l’époque qu’aucun Canadien ou voyageur étranger n’était suivi.

Le projet de loi de la députée prévoit notamment que le directeur de l’agence dépose un rapport annuel détaillant les activités du CSTC, qu’un dossier sur chaque requête d’une agence fédérale au CSTC soit conservé et que le CSTC obtienne un mandat avant de mener une collecte de tout renseignement étranger.

Commentaires