/news/society
Navigation
Ottawa

Mini baby-boom au Parlement

Deux naissances et deux bébés à naître au sein du Nouveau Parti démocratique

Coup d'oeil sur cet article

Le Parlement connaît un petit baby-boom depuis la vague orange du NPD, et la vie de maman politicienne est loin d’être de tout repos. Une députée est même retournée siéger à peine trois semaines après avoir accouché.

Le Parlement connaît un petit baby-boom depuis la vague orange du NPD, et la vie de maman politicienne est loin d’être de tout repos. Une députée est même retournée siéger à peine trois semaines après avoir accouché.

«Trois semaines et un jour exactement après avoir donné naissance à ma fille, j’ai posé une question à la Chambre des communes. Disons que ce n’est pas le plus long congé de maternité au monde», rigole Rosane Doré Lefebvre.

La députée du NPD dans Alfred-Pellan fait partie de cette vague de jeunes députées qui ont donné naissance ou qui s’apprêtent à le faire tout en siégeant au parlement.

Au NPD seulement, deux députées ont accouché au cours des deux dernières années et deux autres sont présentement enceintes.

«C’est un vrai mini-baby-boom et c’est normal, étant donné que c’est la première fois qu’il y a autant de femmes qui siègent à la Chambre des communes. Et surtout, autant de jeunes femmes. C’est assez rare et plutôt spécial», résume l’attaché de presse David Patry.

Siéger avec une bedaine

Anne Minh-Thu Quach, députée de Beauharnois–Salaberry, a dépassé le stade des 37 semaines. La date de son accouchement est prévue le 7 juillet.

Elle espère recommencer graduellement le travail en août. «Mes collègues députés ont vraiment été gentils avec moi tout au long de ma grossesse. Le fait d’être enceinte vient humaniser notre travail aux yeux des gens. On n’est pas des machines. Ça montre aussi que l’on peut fonder une famille, même dans un milieu aussi masculin», dit-elle.

Lysane Blanchette-Lamothe, députée dans Pierrefonds-Dollard, compte bien suivre l’exemple de sa collègue Rosane Doré Lefebvre et allaiter son bébé au parlement.

Enceinte de six mois, elle affirme avoir réfléchi longtemps à la maternité, avant de passer à l’acte.

«J’étais super nerveuse au début. J’avais peur que la conciliation travail-famille soit difficile et que mon conjoint soit déçu. Mais finalement, tout se passe super bien», lance Mme Blanchette-Lamothe.

Antidote à la rivalité

La grossesse réussit même à gommer les tensions entre les différents partis politiques.

«Les députés des autres partis sont très compréhensifs. J’ai même un collègue du Parti conservateur qui m’a offert de porter mon sac l’autre fois. La maternité réunit vraiment tout le monde», rit Mme Blanchette-Lamothe.

Il n’y a pas que les femmes députées qui ont salué l’arrivée de la cigogne au cours des derniers mois. Le chef libéral Justin Trudeau et le ministre de la Justice Peter Mackay ont aussi accueilli un nouvel enfant dans leur famille cette année.

Seul le Bloc Québécois n’a pas recensé de naissances au cours des dernières années.

 

Commentaires