/entertainment/comedy
Navigation
Plus gros que nature

100 000 billets vendus pour P-A Méthot

En visite à la boutique de tattoos Sacre Bleu de Chicoutimi, P-A Méthot a discuté  longuement de son nouveau projet tatouage avec l’artiste Audrey.
Photo Pierre-Luc Desbiens, collaboration spéciale En visite à la boutique de tattoos Sacre Bleu de Chicoutimi, P-A Méthot a discuté longuement de son nouveau projet tatouage avec l’artiste Audrey.

Coup d'oeil sur cet article

De passage dans la région pour le Cabaret de l’humour, l’humoriste P-A Méthot a révélé au Journal qu’il devrait recevoir une plaque honorifique pour ses 100 000 billets vendus cette semaine, sur le plateau de l’émission Juste pour rire en direct.

De passage dans la région pour le Cabaret de l’humour, l’humoriste P-A Méthot a révélé au Journal qu’il devrait recevoir une plaque honorifique pour ses 100 000 billets vendus cette semaine, sur le plateau de l’émission Juste pour rire en direct.

On peut dire que Peter MacLeod a eu du pif, en 2011, lorsqu’il a sorti P-A Méthot du circuit des bars pour le présenter à un producteur de sa boîte Entourage. Depuis cette rencontre fortuite, qui aura mené à la création de son premier one man show Plus gros que nature, P-A Méthot aura écoulé, à ce jour, 100 000 billets.

«Mercredi, je serai sur le plateau de l’émission Juste pour rire en direct et je crois qu’ils en profiteront pour me remettre ma plaque de 100 000 billets», se réjouit grandement l’humoriste.

Heureux

«Je tripe tellement à faire mon show. Osti que je tripe! J’en mange! Je suis heureux. Comme disait ma grand-mère, ne cherche pas à compliquer les choses. Contente-toi et tripe!» raconte celui qui sera de retour sur scène au Saguenay les 4 et 5 juillet au Théâtre Palace Arvida.

Cabaret de l’humour

«La première série de spectacles a super bien été. C’est comme ça dans la région depuis le début de ma carrière. La réponse du public est toujours écœurante. Je ne suis jamais déçu de jouer ici et je suis tout le temps content d’y revenir», relate-t-il.

Fan de tatouages

Sachant qu’il est un grand amateur de tattoos, Le Journal a profité de sa visite dans la région pour l’amener à la boutique Sacre Bleu de Chicoutimi.

«J’aime les tattoos parce que c’est comme une peinture vivante. Ils vont bouger, se transformer. Je trouve qu’ils sont de magnifiques canevas», explique l’humoriste originaire de Chandler, en Gaspésie.

«Mon premier tattoo, je l’ai fait faire en 1993 quand mon père a fait sa première crise cardiaque et qu’il a survécu par miracle. Il s’agit d’un elfe avec l’aile cassée. Après, j’en ai eu plusieurs autres», confie P-A Méthot. Son père est malheureusement décédé en 2011, mais les tattoos lui permettent d’être pour toujours en sa compagnie, et ce, pour l’éternité.

 

Commentaires