/news/consumer
Navigation
Hydro-Québec | Tarifs

Une hausse des tarifs de 10 % d’ici trois ans

Les surplus accumulés feront augmenter la facture d’électricité des Québécois

concept of expensive energy bill
Photo d’archives, Agence QMI Le 1er avril dernier, Hydro-Québec a augmenté ses tarifs d'électricité résidentiels de 4,3 %.

Coup d'oeil sur cet article

Les clients d'Hydro-Québec devront encaisser des hausses de tarifs d'électricité d'au moins 10 % au cours des trois prochaines années.

Les clients d'Hydro-Québec devront encaisser des hausses de tarifs d'électricité d'au moins 10 % au cours des trois prochaines années.

«De façon très conservatrice, les tarifs d'électricité résidentiels devraient progresser d'au moins 3,3 % par année d'ici 2017. Mais ça pourrait être plus», estime l'analyste en énergie, Jean-François Blain, consulté par Le Journal.

Le 1er avril dernier, Hydro-Québec a augmenté ses tarifs d'électricité résidentiels de 4,3 %. La société d'État avait toutefois déposé devant la Régie de l'énergie une demande de hausse tarifaire de 5,8 %.

Selon M. Blain, les importants surplus d'électricité accumulés par Hydro-Québec Distribution ainsi que les coûts des nouveaux approvisionnements vont continuer d'avoir un impact significatif sur la facture des clients de la société d'État au cours des prochaines années.

Hydro-Québec n'a pas voulu dévoiler les détails sur sa prochaine demande tarifaire.

«Nous avons jusqu'au 1er août pour déposer notre requête devant la Régie de l'énergie» a fait valoir le porte-parole de la société d'État, Patrice Lavoie.

Surplus coûteux

Cette année, Hydro-Québec prévoit notamment dépenser plus de 750 millions $ pour gérer des surplus d'électricité estimés à 13,7 térawattheures (TWh). Un térawattheure peut alimenter 50 000 maisons. En 2015, 2016 et 2017, Hydro-Québec entend allonger 940 millions $ par année pour gérer des surplus annuels estimés à au moins 16,3 TWh.

Il faut dire que d'ici 2027, Hydro-Québec devra gérer d'imposants surplus d'approvisionnements estimés à 169 térawattheures. La valeur cumulative de ces surplus est estimée à 17 milliards $.

Cette situation découle notamment d'une série d'engagements pris par le gouvernement du Québec qui a imposé à Hydro-Québec des achats à forts prix d'électricité à des producteurs privés (énergie éolienne notamment) ces dernières années.

Dans certains cas, Hydro-Québec a accepté de payer jusqu'à 12 cents du kilowattheure produit par certains parcs éoliens privés. M. Blain soutient qu'Hydro-Québec paie ainsi un coût moyen unitaire de 10 cents pour chaque nouveau kilowattheure émanant de ses surplus réels d'électricité achetés par les temps qui courent.

Vente aux États-Unis

Comme Hydro-Québec vend son électricité au prix moyen de 7,5 cents le kilowattheure à ses clients québécois, «la perte pour chaque kilowattheure d'origine éolienne est énorme», rappelle-t-il.

Hydro-Québec peine également à obtenir plus de 4,4 cents pour chaque kilowattheure vendu aux États-Unis en raison de la faiblesse des prix du gaz naturel, qui dicte le marché de l'électricité sur la côte est américaine depuis quelques années.

Outre les dépenses liées à l'entrée en service de nouveaux parcs éoliens, l'indexation du prix de l'électricité patrimonial et la hausse du taux de rendement sur les capitaux propres reconnus (maintenant à 8,2 %) seront aussi des facteurs déterminants.

 

Commentaires