/news
Navigation
Ville de Saguenay

Le dossier de la prière bientôt devant la Cour suprême

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Saguenay a déposé, hier, son mémoire devant la Cour suprême du Canada dans le dossier de la prière à l’hôtel de ville. Tout est maintenant prêt pour que le plus haut tribunal du pays entende la cause, il ne manque qu’une date de comparution.

«J’espère vraiment que je vais gagner ma cause. Nous avons publié un document très approfondi, maintenant ce sera au juge de décider», mentionne le maire.

Jean Tremblay craint qu’une décision interdisant la récitation de la prière lors des séances publiques du conseil municipal ait d’énormes répercussions partout au pays.

«Le jugement peut influencer tous les hôtels de ville du Canada. Par la suite, on pourrait même voir l’irréparable se produire avec le retrait de tout signe religieux dans les écoles et autres institutions publiques».

Saguenay avait jusqu’au 2 juillet pour déposer son mémoire. Le document sera rendu public dès ce matin.

Mouvement laïc

La Cour suprême a récemment accepté d’entente l’appel du Mouvement laïque québécois qui déplore que la prière ainsi que la présence d’un crucifix et d’une statue du Sacré-Cœur aient pour effet d’imposer à l’ensemble de la population les vues religieuses catholiques du maire.

En 2011, le Tribunal des droits de la personne avait retiré au maire le droit de réciter la prière à l’ouverture des conseils municipaux, après qu’un citoyen se soit plaint. La Cour d’appel du Québec avait par la suite renversé le verdict.

Commentaires