/opinion/columnists
Navigation

Y a des limites

Coup d'oeil sur cet article

Il ne faudra pas plus de 5 minutes pour qu'un premier conducteur québécois réclame à grand cris que la limite de vitesse sur nos autoroutes soit ajustée aux nouvelles limites de la Colombie-Britannique.

Il ne faudra pas plus de 5 minutes pour qu'un premier conducteur québécois réclame à grand cris que la limite de vitesse sur nos autoroutes soit ajustée aux nouvelles limites de la Colombie-Britannique.

Tolérance

C’est 100 km/h au Québec et ça vient de passer à 120 dans l’ouest du pays. Sauf que tout bon conducteur sur nos routes sait très bien que malgré la limite officiellement imposée, il y a une tolérance non écrite.

Sauf à de rares occasions, l’ancien patrouilleur que je suis n’a jamais donné de contravention à une personne qui roulait à 118-119 km/h sur les autoroutes.

Peu de policiers l'admettront sur la place publique, mais il y a encore une tolérance à la vitesse sur nos routes. La météo et les conditions routières peuvent toutefois moduler cette tolérance.

Pas grand monde va se retrouver avec un «ticket» à 120 sur la Transcanadienne à 2 heures du matin. Mais si vous ajoutez du trafic et un conducteur qui louvoie entre les voies, le policier va sûrement lui écrire, c’est aussi simple que ça.

Mais un danger guette si la limite au Québec devenait 120 km/h: les automobilistes tenteraient-ils de rouler impunément jusqu'à 140 ? Mauvaise idée !

Commentaires