/news/education
Navigation
Religion

Plus d’accommodements religieux à l’école

La Commission scolaire des Patriotes a reçu un record de demandes inusitées cette année

Immigrants
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Une commission scolaire de la Rive-Sud de Montréal est aux prises avec un nombre sans cesse croissant de demandes d’accommode­ments religieux.

Une commission scolaire de la Rive-Sud de Montréal est aux prises avec un nombre sans cesse croissant de demandes d’accommode­ments religieux.

Parents qui refusent que leur enfant fête l’Halloween, demandes de congé d’enseignants pour des motifs religieux, port du hijab dans les cours d’éducation physique; la Commission scolaire des Patriotes, qui couvre le territoire de la MRC de Marguerite-D’Youville et de la Vallée-du-Richelieu, en a vu de toutes les couleurs au cours de la dernière année.

Au moins quatre demandes officielles d’accommodements raisonnables et plusieurs autres requêtes informelles ont été présentées.

Bonne joueuse, la commission scolaire a accepté de faire part de ces situations au Journal, contrairement à la dizaine d’autres commissions scolaires à qui a été soumise une demande d’accès à l’information à ce sujet.

«C’est un phénomène en constante augmentation auquel on doit faire face. De plus en plus d’immigrants récents viennent s’installer dans les banlieues entourant Montréal. Heureusement, jusqu’à maintenant, tout se passe bien», explique la secrétaire générale Cathe­rine Houpert.


Accommodements raisonnables : la procédure

  • La plupart des cas se règlent entre la direction d’école et le parent.
  • Au besoin, l’avis de la commission scolaire est sollicité. Une lettre est alors envoyée aux parents leur demandant de formuler par écrit en quoi consistent leurs croyances.
  • La demande d’accommodement est acceptée si elle n’impose pas de contraintes excessives à l’école (coût, préjudice aux autres enfants de la classe, surcharge de travail pour l’enseignant, etc.).

* Pour des raisons de confidentialité, les noms des enfants et des écoles concernés ne peuvent être publiés.

 

Commentaires