/sports/others
Navigation

Surprenant Gallopin

Coup d'oeil sur cet article

La 9e étape a été très animée et a causé des changements au classement général. C’est un jeune Français qui a saisi la chance d’une vie en s’emparant de la tête du général, alors que c’est encore un Allemand qui remporte l’étape après un effort impressionnant.

La 9e étape a été très animée et a causé des changements au classement général. C’est un jeune Français qui a saisi la chance d’une vie en s’emparant de la tête du général, alors que c’est encore un Allemand qui remporte l’étape après un effort impressionnant.

En échappée pour 150 km

Encore une fois, la course est partie à vive allure. Il y a eu beaucoup de mouvement alors que les groupes d’échappée se sont formés et reformés à de nombreuses reprises. Tony Martin est parti en échappée dès le 20e kilomètre et il a réussi à rester devant pour 150 km, dont 59 seul.

Martin est un coureur du type rouleur et il est champion du monde au contre-la-montre, individuel et par équipe. La montagne n’est pas son terrain de jeux favori, mais les efforts faits en contre-la-montre sont semblables à ceux fournis lors des longues ascensions. Comme en chrono, il faut savoir gérer son effort sur une longue période de temps quand on monte un col.

Gallopin en jaune

Quand il y a autant de coureurs qui attaquent en début de course et que 26 coureurs sont encore à moins de dix minutes du leader, il est difficile pour une équipe de tout contrôler. Les coureurs d’Astana devaient essayer de ne pas laisser un coureur dangereux au général se glisser dans l’échappée. Malgré tout, c’est ce qui est arrivé et Gallopin a réussi à partir.

Un risque calculé

Par contre, je pense que c’était calculé de la part de Nibali et son équipe. Nibali avait déjà le maillot depuis 6 étapes. Ça veut donc dire que ses équipiers ont dépensé beaucoup d’énergie à contrôler le peloton, d’autant plus que la pluie leur a rendu la tâche encore plus difficile. À la longue, lorsqu’il pleut plusieurs jours d’affilée, les coureurs se fatiguent davantage et ça finit par jouer sur leur moral.

De plus, Tony Gallopin est un jeune coureur qui n’a pas encore ce qu’il faut pour se rendre jusqu’à Paris. Aujourd’hui, ce sera donc à son équipe, Lotto-Belisol, de contrôler la course, ce qui donnera un repos aux coureurs d’Astana. N’empêche que, pour Gallopin, c’est un exploit énorme de pouvoir revêtir le maillot jaune au Tour de France. Thomas Voeckler m’avait dit que d’avoir le maillot jaune sur les épaules, ça lui donnait un second souffle pour se dépasser et aller plus loin dans ses efforts. Pour ajouter à la fierté de Gallopin, aujourd’hui c’est le jour de la Bastille, la fête nationale des Français. Il aura donc amplement d’encouragement tout au long du parcours.

L’étape d’aujourd’hui

C’est le classement général qui sera en jeu aujourd’hui. Avec une vraie étape de montagne et une arrivée au sommet, Contador voudra essayer de prendre du temps sur Nibali. Les autres coureurs comme Rolland chercheront également à rattraper leur retard dans le final. Avec sept cols à franchir, dont quatre de première catégorie, le parcours causera certainement des écarts entre les coureurs.

 

Commentaires