/news/society
Navigation
2% des prêtres sont pédophiles

Des propos du pape sur les prêtres pédophiles suscitent beaucoup de réactions

POPE
Photo d’archives Le pape François aurait confié au quotidien La Repubblica la gravité du problème de la pédophilie au sein de l’Église catholique.

Coup d'oeil sur cet article

Les propos du pape François et ceux de l’ancien cardinal Jean-Claude Turcotte concernant le 2 % des prêtres pédophiles au sein de l’Église ont suscité beaucoup de réactions.

Les propos du pape François et ceux de l’ancien cardinal Jean-Claude Turcotte concernant le 2 % des prêtres pédophiles au sein de l’Église ont suscité beaucoup de réactions.

Dans une entrevue au quotidien italien La Repubblica, le souverain pontife aurait estimé à 2 % le nombre de prêtres pédophiles au sein de l’Église catholique, citant des chiffres donnés par ses collaborateurs.

Une statistique inquiétante aurait ajouté le pape, qualifiant les violences sexuelles contre les enfants de «lèpre».

Des propos qui ne sont pas exacts, s’est ensuite empressé de dire le Vatican. Les citations reprises dans le journal italien ne correspondraient en effet pas à la déclaration exacte du pape, a-t-on expliqué, sans toutefois révéler ce qui a véritablement été dit.

Malgré tout, pour l’ancien cardinal Jean-Claude Turcotte, un prêtre pédophile sur 50, ce n’est «pas énorme», a-t-il dit hier à La Presse Canadienne. Selon lui, ce pourcentage est «marginal», quoiqu’«inacceptable», a-t-il précisé.

L'archevêque émérite de Montréal a ajouté qu’un prêtre pédophile, «c’est déjà trop».

Banalisation

Ces propos de Mgr Turcotte et du pape François ont vivement fait réagir le directeur de L’Association des victimes de prêtres (AVP), Carlo Tarini, qui avoue être «tombé en bas de sa chaise» en entendant cela.

«2 %, ce n’est pas beaucoup? Faux. C’est immense», a-t-il dit, ajoutant que «la douleur des victimes de prêtres s’étend sur toute une vie».

Selon lui, ce pourcentage ne représente pas la réalité: un prêtre pédophile ne fera jamais une seule victime, a insisté M. Tarini.

«Ce qui est dégradant, c’est d’entendre des gens en autorité à l’Église, ou qui l’ont été comme Mgr Turcotte, dire de tels propos qui banalisent des statistiques monstrueuses comme ça», a-t-il lancé.

L’ancien cardinal se base sur quoi pour qualifier de marginale la statistique de 2 % des prêtres qui sont pédophiles, se demande pour sa part Alain Pronkin, spécialiste des nouvelles religions.

«C’est totalement maladroit puisqu’il ne donne pas la référence sur la population générale», a dit le chercheur au Centre d'écoute et d'interprétation des nouvelles recherches du croire (CEINR).

Malgré tout, même si selon lui Mgr Turcotte a tenté de «minimiser par la statistique», il a toujours dénoncé les crimes sexuels commis par des prêtres.

M. Pronkin se questionne d’ailleurs sur la précision de la statistique lancée par le pape François.

«C’est quoi de la pédophilie pour le Vatican? Est-ce [une victime] en bas de 7 ans, en bas de 12 ans ou en bas de 18 ans. On est dans un flou en ce moment», a-t-il ajouté.

 

 

«
On parle de 2 %. (...) Ce n’est pas énorme, mais un (prêtre pédophile), c'est de trop. »
– Jean-Claude Turcotte,
ancien cardinal
«
Ces 2 % de pédophiles sont des prêtres et même des évêques et des cardinaux. Et d'autres, encore plus nombreux, savent mais se taisent, ils punissent mais sans en dire le motif. Je trouve cela intenable et j'ai l'intention de m'y attaquer avec la sévérité requise. »
– Le pape François
«
L’Église catholique a permis que le cancer de la pédophilie se propage en jouant la carte de l’aveuglement volontaire. »
– Carlo Tarini,
directeur de l’Association de victimes de prêtres
Commentaires