/entertainment/comedy
Navigation
Olivier Guimond

Le Cirque Éloize et Juste pour rire rendent hommage à Olivier Guimond

Juste pour rire et le Cirque Éloize rendent hommage à Olivier Guimond ce soir

Luc Guimond
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Luc Guimond, fils d'Olivier Guimond lors de la conférence de presse des Arts de la rue du Festival Juste pour rire, à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste le plus célèbre du Québec, Olivier Guimond , aurait eu 100 ans cette année. Pour l’occasion, Juste pour rire et le Cirque Éloize ont décidé de lui rendre un hommage hors du commun.

Pourquoi hors du commun? D’abord parce qu’il sera présenté sur la grande scène de la Place des festivals trois soirs plutôt qu’un (ce soir, demain et samedi), puis parce qu’il permettra au public de découvrir une facette moins connue de la personnalité d’Olivier Guimond, celle de l’homme tendre et sensible qu’il était, affirme son fils, Luc Guimond, qui a travaillé sur le spectacle avec Juste pour rire et le Cirque Éloize. «Le spectacle, ce n’est pas juste drôle, dit-il. Un thème qui n’a pas beaucoup été exploité, c’est la poésie d’Olivier Guimond, mon père. Je trouvais que le côté poétique était très important et c’est là-dessus qu’on a flashé toute la gang ensemble. C’est sûr qu’il va y avoir des moments drôles, mais il y a aussi un côté tendre. On va voir sa recherche d’amour. Toute sa vie il a recherché l’amour, celui du public, celui de son père, celui des femmes.»

Hommage moderne

Musicien de formation, Luc Guimond a été mandaté pour assurer la direction musicale du spectacle. Pour lui, il était important de faire des choix musicaux qui représentent bien le personnage complexe et multidimensionnel qu’était son père. «Je me suis aussi beaucoup inspiré des pièces que mon père aimait. C’était très important, indique-t-il. Mais je ne voulais pas juste mettre de la musique des années 30 ou 40. Je pense que ça aurait été moins intéressant. Il faut surprendre les gens. Mon père est présent dans la musique moderne aussi.»

Ainsi, la pièce thème du spectacle est Petite fleur, une vieille chanson de Sydney Bechet, reprise par de nombreux artistes, dont Jean Leloup. Elle revient plusieurs fois dans le spectacle, avec des arrangements différents. «La fleur, dans la pièce, représente l’amour que mon père recherchait. C’est très touchant. En plus, mon père chantait cette chanson aux enfants de la famille», raconte Luc Guimond.

Un mystère

Le fils d’Olivier n’avait que sept ans lorsque son père est décédé. Il l’a donc surtout connu à travers les yeux des autres et les anecdotes qu’on lui a racontées. «Sa vie est un peu un mystère. On me l’a racontée, mais je ne l’ai pas vécue avec lui, dit-il. C’est un peu comme le public. Mais, une chose que je retiens, c’est la gentillesse de mon père.»

Luc Guimond est toujours étonné de voir à quel point on se souvient de son père. «Chaque fois que j’ouvre la télé, il y a quelqu’un qui mentionne le nom de mon père, dit-il. Ça le garde en vie.» L’une des grandes peurs d’Olivier Guimond était, d’ailleurs, qu’on l’oublie. «Il avait tellement peur d’être oublié. Deux mois après son hospitalisation, il pensait que les gens l’avaient déjà oublié. Donc on fait un clin d’œil à ça aussi dans le spectacle pour dire qu’on ne l’a pas oublié», explique son fils.

Le spectacle, intitulé Un peu, beaucoup, passionnément, a été mis en scène par Anita Bombita, du Cirque Éloize, et Michel Courtemanche. C’est le comédien Anoine Vezina qui incarne le personnage d’Olivier Guimond.

► Un peu, beaucoup, passionnément - Hommage à Olivier Guimond est présenté ce soir, demain et samedi, 21h, sur la scène Vidéotron de Juste pour rire. Pour plus d’information: hahaha.com.


Petite Fleur

La chanson Petite fleur est la pièce thème du spectacle Un peu, beaucoup, passionnément - Hommage à Olivier Guimond.
Il s’agit d’une pièce de Sydney Bechet enregistrée en 1952 et reprise par de nombreux artistes à travers les années, dont:

► Tino Rossi
► Henri Salvador
► Petula Clark
► Chantal Pary
► Jean Leloup
 

Commentaires