/opinion/blogs/columnists
Navigation

Mon entrevue avec Steve Hogarth

Coup d'oeil sur cet article

DSCN0264

Je me suis longuement entretenu avec Steve Hogarth, chanteur de Marillion, le 9 juin dernier, en prévision du passage de la formation britannique au Festival d’été de Québec.

Voici quelques éléments abordés et qui, pour des contraintes d’espace, n’ont pas été publiés dans mon texte, le jour de leur superbe prestation au Parc de la Francophonie. Bonne lecture!

Steve Hogarth a avoué qu’il ne l’avait pas eu facile, lorsqu’il est arrivé avec Marillion en 1989 et qu’il s’est retrouvé dans les énormes chaussures de Fish. Les amateurs de la première heure étaient perplexes. Il était attendu, comme le dit si bien l’expression québécoise, avec une brique et un fanal.

Le chanteur se souvient de ses débuts lors de la tournée Seasons End.

«J’ai essayé d’être modeste, de garder la tête basse et de laisser les choses se produire. J’étais très conscient que les gens me voyaient pour la première fois, qu’ils étaient des grands admirateurs de Marillion et qu’ils avaient certaines attentes. J’ai été très prudent lors de cette série de spectacles. Je n’arrivais pas sur scène, les bras dans les airs, comme si j’étais la grosse affaire. J’ai été très humble à mes débuts. Le concert de Québec était peut-être le 100e de cette tournée et j’étais pas mal plus confortable à ce moment. J’ai senti, après trois chansons, une certaine vague de soulagement parmi le public», a-t-il raconté.

Les amateurs de rock-progressif qui ont assisté aux concerts de Marillion au cours dernières années ont été en mesure de constater que la formation britannique a atteint un niveau d’exécution frisant la perfection. Il y a beaucoup d’émotion.

«C’est quelque chose que l’on ressent sur scène. Notre relation avec les fans est quelque chose d’extraordinaire. C’est plus, selon moi, de l’affection que de l’excitation. On sent les émotions voyager entre le public et la scène. Mon travail est de chanter, mais c’est aussi d’être une sorte de gardien et de saisir cette espèce de ballon d’amour qui flotte. C’est une sensation merveilleuse», a-t-il expliqué.

Les membres de Marillion travaillent en ce moment sur le prochain album de la formation. Ils vont en studio à tous les jours, lorsqu’ils ne sont pas sur la route.

«On improvise quelques heures à tous les jours et on enregistre tout ce que l’on fait. C’est notre façon de travailler. Nous sommes trois, quatre ou cinq et on fait du bruit, jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose. On met à la poubelle la majorité de ce qu’on a enregistré, mais il arrive qu'il se produit, ici et là, un bel accident, qui devient la fondation d’une nouvelle chanson», a indiqué le chanteur de 55 ans.

Steve Hogarth explique que la formation est au tout début de ce processus d'écriture.

«On va continuer comme ça jusqu’à la fin de l’année. C’est un disque qui va prendre une ou deux années avant de prendre forme», a-t-il mentionné.

Le chanteur de Marillion vient tout juste de lancer un livre qui s’intitule The Invisible Man diaries 1991-1997.

«Je tiens, depuis 1991, un journal de bord, où j’écris mes pensées et mes réflexions lorsque je suis sur la route. C’est un livre sur la vie de tournée. Il m’arrive toujours toutes sortes de trucs sur la route et c’est ce que l’on retrouve dans cet ouvrage», a-t-il dit.

Steve Hogarth est toujours surpris de voir le nombre de voyages effectués dans un court laps de temps.

«J’ai été étonné en écrivant ce livre de voir que je suis une journée à Québec, une autre, chez-moi à la maison et à Genève ou en Allemagne, trois jours plus tard. Le nombre de voyages me surprend toujours. On passe d’un endroit à un autre très rapidement. Ça paraît bien, vu de cette façon, mais c’est une vie folle, lorsque l’on se retrouve là-dedans. Ça peux rendre fou», a-t-il laissé tomber.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.