/entertainment/events
Navigation
100 ans

Olivier Guimond au cœur d’une exposition

QMI_STJ_6766_1
Photo Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’univers burlesque du grand comique Olivier Guimond, qui aurait célébré ses 100 ans cette année, occupe une place de choix dans l’exposition Burlesquement farce, présentée ces jours-ci dans le cadre du Festival Juste pour rire à la salle d’exposition de la Place des arts.

«Je suis très ému de voir ces objets et photos me rappelant mon père», a mentionné le fils d’Olivier, Luc Guimond, présent lors d’un vin d’honneur servi mardi soir.

À quelques heures de la première du spectacle hommage à Olivier Guimond du Cirque Éloize, le fils s’est dit touché de voir se multiplier les projets honorant son père. «L’objet qui m’a le plus saisi dans l’exposition, c’est un moule du visage de mon père, a confié M. Guimond. C’est la chose qui m’a le plus bouleversé, c’est Olivier tout craché.»

Au côté de ce moule, on retrouve plusieurs objets et photos rappelant le comédien, mais également d’autres figures marquantes du burlesque, comme Charlie Chaplin, dont un des chapeaux signés est exposé.

Redonner ses lettres de noblesse au burlesque

Juste pour rire tenait à redonner ses lettres de noblesse à la comédie burlesque souvent victime de snobisme et à reconnaître l’importance du genre. En plus des honneurs réservés à Olivier Guimond, un autre grand maître du style, Gilles Latulippe, sera honoré au cours du gala hommage du 21 juillet. M. Latulippe rencontrera également le public à la salle d’exposition de la Place des Arts samedi de 13 h à 14 h.

«Chaplin est né du burlesque, a mentionné le fondateur du festival, Gilbert Rozon. On ne peut tout de même pas reprocher à Chaplin de ne pas être un bon acteur. Molière, la commedia dell’arte, c’était du burlesque. Il y a un esprit bon enfant derrière ce genre et je ne reprocherai jamais à un enfant de rire.»

Le maire de Montréal, Denis Coderre, également présent au vin d’honneur, abondait dans le même sens. «Quand on tombe dans l’authenticité, dans le burlesque ou le théâtre d’été, on est parfois snobé, a-t-il affirmé. C’est émouvant de voir que des organismes comme Juste pour rire nous aident à garder ce patrimoine vivant.»

La farce inspire des artistes

L’exposition «Burlesquement farce» est présentée en marge du Concours international d’arts visuels Juste pour rire dont les œuvres des finalistes sont exposées en plein air, dans deux galeries éphémères sur la rue Sainte-Catherine. Au total, une quarantaine de créations d’artistes provenant de 16 pays y sont présentées.

Ces derniers devaient s’inspirer du thème de la farce pour leur œuvre visuelle. Les créations des trois gagnants, Milad Aghazadeh, de l’Iran, Darko Drljevic, du Monténégro et Zuzana Pustaiova, de la Slovaquie, y figurent.

Des mentions d’honneur ont également été remises à des œuvres canadiennes originales, dont la caricature «Farce polaire» du caricaturiste Marc Beaudet, du Journal de Montréal.

L’exposition Burlesquement farce et les œuvres finalistes du Concours international d’arts visuels Juste pour rire sont présentées gratuitement de midi à 23 h jusqu’au 26 juillet dans le cadre du Festival Juste pour rire.

Commentaires