/news/health
Navigation
Évacuations aéromédicales

Un nouvel avion-hôpital ultra-moderne

De conception unique, le nouvel avion-hôpital peut accueillir trois adultes et un nouveau-né.
Photo Johanne Roy De conception unique, le nouvel avion-hôpital peut accueillir trois adultes et un nouveau-né.

Coup d'oeil sur cet article

Doté d’équipements de pointe de conception unique, le nouvel avion-hôpital du service d’évacuations aéromédicales du Québec n’a rien à envier aux grands hôpitaux universitaires.

Accouchement, pose de drain thoracique, ponction, soins aux polytraumatisés ou aux nouveau-nés prématurés... L’appareil est en mesure d’offrir, à 35 000 pieds d’altitude, un niveau de soins critiques comparable à ce que l’on retrouve dans la salle de réanimation d’une grande urgence ou une unité de soins intensifs, a souligné, jeudi, le ministre Gaétan Barrette, lors de l’inauguration de cet avion de type Challenger 601, qui entrera en service en septembre.

Le nouvel appareil remplace l’avion-hôpital actuel qui a fait son temps. Acquis et transformé au coût de 19,6 millions $, ce Challenger d’une vingtaine d’années a été mis à niveau par Bombardier.

«Un appareil neuf aurait coûté le double de prix», a précisé le ministre. Quant à l’achat d’un deuxième avion-hôpital, une analyse coût-bénéfice est en cours, a ajouté M. Barrette.

Une nécessité

L’an dernier, l’avion-hôpital a transporté plus de 1900 patients gravement malades de partout au Québec. Quelque 12 % de la population québécoise vit en région isolée ou éloignée, a rappelé le ministre de la Santé.

«De Kuujjuaq à Québec, c’est l’équivalent de Montréal en Géorgie. Si le patient est instable, on doit pouvoir le soigner comme à l’hôpital», a-t-il déclaré. Le directeur médical du Programme d’évacuations médicales du Québec, le Dr Richard Bernier, a ainsi participé à la conception d’un incubateur adapté au transport aérien que l’on retrouve nulle part ailleurs.

Son mécanisme sophistiqué d’oscillement évite au nouveau-né de ressentir les effets de l’accélération et de la décélération de l’appareil.

Commentaires