/sports/others
Navigation

Aussi fort malgré la canicule

Coup d'oeil sur cet article

Première journée dans les Alpes et première journée de canicule alors que les grimpeurs se sont livré une belle bataille dans Chamrousse. Nibali a confirmé sa dominance en remportant l’étape et en augmentant son avance au général.

Première journée dans les Alpes et première journée de canicule alors que les grimpeurs se sont livré une belle bataille dans Chamrousse. Nibali a confirmé sa dominance en remportant l’étape et en augmentant son avance au général.

Un groupe de 9 coureurs est parti en début de course, mais le peloton les a tenus près. Avec beaucoup de points disponibles pour le classement de la montagne (un col HC et un autre, catégorie 1), Katusha a pris en charge la chasse très tôt pour permettre au maillot à pois Rodriguez d’aller marquer des points. Au pied de Chamrousse, le peloton, du moins ce qu’il en restait, était revenu en tête afin d’entamer l’ascension de 18 km.

La pression sur Nibali

Dès les premiers kilomètres, on a pu voir quelques attaques de la part des concurrents au classement général. Sans difficulté, Nibali les a suivis et avec encore 5,6 km à gravir, le coureur italien a «remis une couche» en attaquant. Incapables de suivre, les autres coureurs ont dû se contenter de limiter les dégâts.

Au moment de son assaut, j’ai été impressionné qu’il attaque à une vitesse si élevée et de si loin. Par contre, on a pu voir que Nibali a diminué sa cadence dans les kilomètres suivants. Avant de repartir pour aller chercher la victoire, il a pris un temps de repos en restant avec les deux coureurs qui avaient attaqué plus tôt. De plus, Valverde et Pinot ont réussi à garder un écart constant avec Nibali, ne lui cédant qu’une cinquantaine de secondes.

Porte le grand perdant

Dans la montée, on a pu voir Richie Porte lâcher prise avec le groupe de tête très rapidement. C’est indéniablement une contre-performance pour le coureur australien qui vient perdre ses chances de résultat au niveau du classement général. Un «jour sans» peut arriver à tout coureur, mais quand on joue le classement général, il faut faire un sans-faute, sinon on risque de tout perdre.

Le peloton explose

En regardant les résultats au complet, on remarque de grands écarts entre les coureurs à l’arrivée. Comme je l’ai expliqué il y a quelques jours, ces écarts sont davantage causés par la stratégie des coureurs que par la difficulté. Quand on ne peut jouer la victoire d’étape ni le classement général, il vaut mieux monter à son rythme que de se brûler pour rien. Et si vous descendez jusqu’à la toute fin des résultats, vous remarquerez que Kittel termine dans le dernier groupe avec plus de 40 minutes de retard et avec 3 de ses coéquipiers. Chez Giant-Shimano, on fait tout pour le sprint, et avec raison!

L’étape d’aujourd’hui

Les Alpes se poursuivent aujourd’hui avec une autre belle étape de montagne. On verra sûrement Rodriguez essayer d’aller à l’avant pour récupérer son maillot à pois, volé par Nibali hier. Sinon, il y aura une chaude lutte pour le maillot de meilleur jeune entre Pinot et Bardet.

Commentaires