/lifestyle/books
Navigation
New Adult

Le phénomène des 18-30 ans

ART-ELSA-LAFOND
PASCALE LÉVESQUE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

À la suite de l’immense succès des 50 nuances de Grey de la Britannique E.L. James, des titres brûlants de Sylvia Day et de Julie Kenner, un nouveau phénomène ciblant les 18-30 ans vient de faire son apparition, d’abord aux États-Unis, puis en France et au Québec: le New Adult.

À la suite de l’immense succès des 50 nuances de Grey de la Britannique E.L. James, des titres brûlants de Sylvia Day et de Julie Kenner, un nouveau phénomène ciblant les 18-30 ans vient de faire son apparition, d’abord aux États-Unis, puis en France et au Québec: le New Adult.

Selena Bernard, responsable du marché Bragelonne, Milady et Castelmore au Canada, précise que le genre New Adult est en quelque sorte la continuité du créneau Young Adult, qui a connu des succès fulgurants avec Twilight et Hunger Games.

«Les lectrices de YA ont grandi et les personnages des romans ont grandi avec elles. Les héroïnes du New Adult vont découvrir les premiers émois amoureux en tant qu’adultes, les premiers boulots, etc. Une des différences, c’est qu’il peut y avoir du sexe dans le New Adult, mais ce n’est pas le propos principal. Mais c’est ce qui explique aussi qu’on ne peut pas placer du New Adult en jeunesse.»

Des auteurs comme J.A. Redmerski, Jasinda Wilder, Tammara Webber et Jamie McGuire sont tous apparus au palmarès des meilleurs vendeurs aux États-Unis. Il y a aujourd’hui une catégorie New Adult sur les sites comme Amazon, Kobo, Goodreads de même que sur plusieurs blogues en français et en anglais.

«C’est un terme qui a été créé par une éditrice américaine de St. Martin Press, pour qualifier un genre qui serait à la lisière du jeune adulte et de l’adulte, où il y aurait des scènes de sexe explicites parce que les lectrices de Twilight Éternel avaient été un peu laissées sur leur faim», explique l’éditrice Elsa Lafon, qui publie Te succomber de Jasinda Wilder.

«On ne parlait jamais de sexualité, des premières fois. C’est un sujet qui intéresse énormément les adolescents, mais qui n’était jamais abordé dans la littérature adolescente. Je pense que le phénomène de E.L. James et de Sylvia Day a décomplexé les écrivains.

Jasinda Wilder

Te succomber, best-seller de Jasinda Wilder, a bousculé les codes des libraires. «Je l’ai remarqué parce qu’il était sur la liste des meilleures ventes du NY Times et ce qui m’a plu, c’est qu’il y avait une vraie histoire avec un deuil, une reconstruction. C’est assez émouvant. Le sexe n’est pas que le prétexte. Il est dans le top 10 des livres téléchargés sur Amazon, sur iTunes, sur la FNAC. On a dû réimprimer dès la première semaine parce qu’il y a eu une réaction. En 2014, 2015, 2016, tout le monde va proposer son New Adult.»

Jasinda Wilder, en entrevue téléphonique de son bureau du Michigan, explique qu’elle et son mari (ils écrivent en couple) écrivent des histoires sans se préoccuper d’un genre particulier. «Nos histoires mettent en scène des femmes d’âge moyen, des femmes qui ont traversé un divorce, des femmes qui sont de mon âge, ou plus jeunes. Ce livre est arrivé à point nommé.»

«J’écris ce que je trouve intéressant, comme lectrice. Pour moi, ce sont les moments les plus excitants de la vie qui sont les plus intéressants. Le premier amour, par exemple, est très intéressant à travailler pour un auteur. Le genre a toujours été présent, mais il émerge à nouveau, pourrait-on dire. Mes lectrices ont de 18 à 35 ans. Je n’écris pas pour les jeunes, j’écris pour les adultes.»

L’écrivaine américaine Jessica Ann Redmerski, auteure du best-seller Loin de tout, considère qu’il est temps que le créneau NA reçoive l’attention qu’il mérite. «J’adore le NA parce qu’il permet aux auteurs de toucher des sujets qui s’adressent à un public plus mûr que des adolescents, mais qui intéressent les jeunes. J’adore lire les livres de NA, j’adore les écrire et je suis vraiment heureuse de faire partie du phénomène.»

- Les éditions Milady:

www.milady.fr/romance

- Les éditions Michel Lafon:

www.michel-lafon.fr/canada

Loin de tout a d’ailleurs reçu le Prix des lectrices Milady Romance 2014.

Commentaires