/news/health
Navigation
Collège des médecins

Les jeunes docteurs devront remplir un questionnaire pour valider leur bonne pratique

medecin
Photo d’archives Au cours des prochains mois, les jeunes médecins devront remplir un questionnaire du Collège des médecins pour s’assurer que leur pratique est conforme et assurer la qualité des soins. Une telle mesure est déjà en place auprès des docteurs âgés.

Coup d'oeil sur cet article

Les jeunes médecins qui ont cinq ans d’expérience dans le réseau devront remplir un nouveau questionnaire du Collège des médecins pour assurer que leur pratique est conforme et assurer la qualité des soins.

«Après quatre ou cinq ans, c’est un tournant dans une carrière. C’est là que les faux plis apparaissent, et on veut les corriger si nécessaire», explique Charles Bernard, président du Collège des médecins du Québec (CMQ).

Assurer la qualité

Au cours des prochains mois, un questionnaire sera donc envoyé à tous les jeunes médecins qui cumulent quatre ou cinq ans d’ancienneté dans le réseau de la santé. Ils sont pour la plupart dans la trentaine.

«Nous croyons fermement qu’appuyer nos jeunes confrères et consœurs permettra non seulement de répondre aux recommandations de plusieurs groupes engagés dans leur formation, mais également de prévenir des situations pouvant influer négativement sur la sécurité des patients et la qualité des soins», lit-on dans la dernière édition de la Revue du Collège.

À ce sujet, Charles Bernard assure que la démarche est entreprise dans une optique de prévention.

Mieux vaut prévenir

«Beaucoup de médecins ont de la difficulté à s’adapter, c’est une pratique complexe et exigeante, explique-t-il. On aime mieux détecter les comportements inadéquats avant qu’ils aient des problèmes.»

Ce dernier ajoute que cette mesure n’est pas mise en place en réaction à un événement en particulier.

Ainsi, le questionnaire ne visera pas seulement la compétence du point de vue médical. L’éthique, l’organisation, la déontologie et les relations interpersonnelles seront aussi évaluées.

Par la suite, le CMQ fera un suivi auprès des jeunes médecins dont les réponses soulèveront des questionnements.

Depuis janvier 2012, un programme similaire a été implanté auprès des médecins de plus de 35 ans d’ancienneté, ou de 70 ans et plus, pour assurer la qualité de la pratique.

Les dernières données du CMQ montraient que 86% de ces médecins avaient une pratique jugée non risquée.

Bien accueillie

Du côté de l’Association des jeunes médecins du Québec, l’idée de prévenir et d’assurer de bonnes habitudes est bien accueillie.

«On pense que c’est une bonne affaire, réagit le président François-Pierre Gladu. Par contre, ce serait intéressant de voir si les étudiants réussissent l’examen final aussi bien qu’avant, surtout qu’on a augmenté le nombre d’admissions depuis quelques années.»

 
 
Commentaires