/sports/others
Navigation
Tour de France

Une échappée reprise dans les derniers mètres

Coup d'oeil sur cet article

Après 217 km d’échappée à deux, Bauer et Elminger se sont fait reprendre à seulement quelques mètres de la ligne. Les deux coureurs ont pourtant donné tout ce qu’ils avaient, mais c’est lorsque les sprinteurs ont fait leur effort ultime que Bauer s’est fait reprendre.

Après 217 km d’échappée à deux, Bauer et Elminger se sont fait reprendre à seulement quelques mètres de la ligne. Les deux coureurs ont pourtant donné tout ce qu’ils avaient, mais c’est lorsque les sprinteurs ont fait leur effort ultime que Bauer s’est fait reprendre.

Le parcours étant plat et entre deux étapes de montagne, c’était une étape dite de transition. À part le vent qui aurait pu avoir un impact sur la course, il n’y avait aucune difficulté majeure pour les coureurs. Les sprinteurs convoitaient donc la victoire et ce sont leurs équipiers qui ont contrôlé la course.

Normalement, l’échappée était vouée à l’échec, mais Bauer et Elminger ont livré une bonne bataille à l’avant.

Visiblement affectés par les récentes étapes de monta­gne, les coureurs ont eu de la difficulté à rouler au train pour revenir sur les deux coureurs devant. Les sprinteurs ont donc été chanceux de revenir à seulement quelques mètres de la ligne et c’est Kristoff qui a été le plus rapide.

Échanges alimentaires

Pour avoir l’énergie nécessaire afin de maintenir le rythme et de terminer les étapes, les coureurs doivent manger sur leur vélo. Les repas du matin et du soir sont évidemment cruciaux, mais l’alimentation en course l’est tout autant. De façon générale, on calcule une barre énergétique par heure sur le vélo. Selon le déroulement de la course, il arrive parfois qu’on oublie de manger, mais il faut tout de même réussir à se forcer pour éviter de manquer d’énergie.

Les équipes ont des commanditaires qui leur fournissent les produits. Par con­tre, pour faire plaisir aux coureurs, il arrive souvent que l’équipe achète une marque con­currente pour varier, parce que les coureurs se lassent de manger toujours la même chose. Sinon, entre les étapes, il y a un petit marché noir de la barre énergétique. Dans mon équipe, l’an dernier, c’était notre chauffeur d’autobus qui se chargeait d’aller faire des échanges avec les autres équipes. Ça permettait d’avoir du changement et ça incite aussi les coureurs à manger.

En plus des barres, les assistants de l’équipe font des petites bouchées enveloppées dans du papier ciré. Ce sont souvent des petites boules de riz sucré ou salé. Il y a aussi des petites galettes de pom­mes de terre en purée et même des tartelettes. Le contenu de ces emballages varie beaucoup d’une équipe à l’autre étant donné qu’ils sont faits maison. Pour la fin de course, les coureurs prennent des gels ou des pâtes de fruits, qui sont des sucres rapi­des pour aider à produire les efforts ultimes.

Aujourd’hui, jour de repos

Deuxième journée de repos pour le Tour de France. Les coureurs pour­ront donc se détendre et essayer de récupérer au maximum avant d’entreprendre la dernière semaine.

 
Commentaires