/sports/others
Navigation

La semaine qui peut tout changer

Coup d'oeil sur cet article

Lundi, les coureurs ont eu droit à une petite pause avant d’entamer la troisième et dernière semaine du Tour. Même si les deux tiers de la course sont complétés, cette dernière semaine sera décisive alors que la fatigue s’accumule chez les coureurs.

Lundi, les coureurs ont eu droit à une petite pause avant d’entamer la troisième et dernière semaine du Tour. Même si les deux tiers de la course sont complétés, cette dernière semaine sera décisive alors que la fatigue s’accumule chez les coureurs.

La dernière semaine d’un Grand Tour est toujours très éprouvante. Les jambes sont lourdes, le sommeil est léger et la pression pour les coureurs augmente. C’est pourquoi il peut encore survenir des surprises au niveau du classement général. Les deux jeunes Français Bardet et Pinot auront fort à faire s’ils veulent rester dans le top 5. Ils leur manquent le volume de plusieurs Grands Tours pour arriver à encaisser les efforts intenses qu’ils fournissent depuis le début du Tour.

Nibali est loin de pouvoir célébrer

Depuis la première étape, Nibali a montré qu’il était en grande forme et prêt à ramener le maillot jaune à Paris. En remportant trois étapes, dont deux étapes de montagne, il a fait la démonstration qu’il était au-dessus des autres favoris. Par contre, la pression est forte et on pourrait malheureusement le voir s’écrouler en montagne. Nibali se doit de tenir le coup, mais ses équipiers également. Ils auront beaucoup de travail alors que les autres coureurs vont essayer de rattraper le temps concédé depuis le départ en Angleterre.

Il y a aussi les équipes qui n’ont pas encore eu de victoire d’étapes et qui vont mettre de la pression sur leurs coureurs. Une victoire d’étape au Tour représente une visibilité incroyable et, dans une époque où les commanditaires fuient le sport, c’est vraiment un plus pour une équipe d’avoir cette attention médiatique. Je pense aux équipes telles IAM Cycling, Europcar et Bretagne-Séché, qui ne voudront pas repartir de ce Tour les mains vides.

Alpes vs Pyrénées

Entre les deux principales chaînes de montagnes de l’Europe, il y a quelques différences dans les ascensions et certains coureurs ont une préférence pour l’une ou l’autre. De façon générale, les Pyrénées sont plus sauvages. Les routes sont plus étroites et un peu moins bien entretenues d’un point de vue français (parce que du nôtre, ce sont de très belles routes!). Les ascensions sont souvent un peu moins longues, moins régulières et les pourcentages sont un peu plus élevés. Pierre Rolland me disait toujours qu’il préférait les Alpes alors que Voeckler connaît souvent du succès dans les Pyrénées.

L’étape de mardi

Le peloton amorce un bloc de trois étapes dans les Pyrénées qui sera très éprouvant. La 16e étape sera la plus longue de l’édition 2014 en totalisant 237 km. La fatigue accumulée aura certainement un impact en fin de course. Normalement, dans une étape du genre, l’échappée aurait de très fortes chances de se rendre au bout. Mais vue l’appétit de Nibali pour les victoires d’étapes, il se peut très bien que les favoris reviennent sur la tête de course sous le rythme imposé par les coureurs d’Astana.

Commentaires