/misc
Navigation

MH 17 : scénario pour une bavure

Coup d'oeil sur cet article

 

 

Appelons cela une indiscrétion. Une conversation avec une de mes sources qui a eu ses heures de gloire parmi les arcanes du renseignement américain.

Un échange qui le conduirait à me confier un scénario plausible.

Pas forcément la vérité (l'enquête ne fait que commencer), mais un enchaînement de faits qui pour l'instant, dans certains milieux, est considéré comme le plus probable.

 

CERTITUDE

 

Commençons par une certitude. Plusieurs même.

Depuis quelques semaines, le Pentagone est convaincu que la Russie de Poutine fournit de l'armement aux séparatistes de la région de Donestsk. Dont des systèmes de défense aérienne du type Buk SA-11.

Plus précisément encore, les Américains sont convaincus que les livraisons d'armes s'accompagnent de la formation nécessaire à les manier. En Russie, mais aussi sur le terrain en Ukraine.

Autre certitude : le 17 juillet, tout juste après le drame, les services américains ont su que le MH 17 avait été abattu par un missile.  Sa catégorie, sa provenance et son emplacement exact.

Mais aussi son parcours vers la Russie, une fois l'ampleur de la bavure constatée par les séparatistes puis partagée avec les services russes.

Selon une de mes sources, les É.-U. ont décidé de ne pas rendre publiques immédiatement ces informations afin d'offrir à Poutine une porte de sortie. Dans le milieu, on parle de plausible deniability (déni plausible).

Une porte de sortie, mais aussi un sacré coup dans la partie d'échecs que se livrent les deux nations depuis plusieurs mois.

 

SCÉNARIO 

Mais revenons au scénario, construit justement à partir de ces faits-là.

Depuis le 17 juillet donc les Américains et leurs alliés sont convaincus que le missile qui a abattu le vol MH 17 a été tiré par un Buk SA-11 de provenance russe. À partir d'une rampe mobile de missiles sol-air mise à disposition des séparatistes de la région de Snizhne.

Restait à savoir pourquoi les séparatistes ont pris l'énorme risque politique et diplomatique d'abattre un avion civil.

La thèse de l'erreur s'est immédiatement imposée. Mais avec des réserves.

Le Buk SA-11 nécessite un radar  pour repérer sa cible, puis la verrouiller. Plus clairement, on ne peut pas pousser un bouton par inadvertance et toucher un avion qui vole 10 000 mètres plus haut.

De plus, le radar du Buk permet de déterminer la vitesse de la cible (et donc de ne pas confondre un puissant Boeing 777 avec un avion de reconnaissance ou de transport ukrainien) et pour un opérateur entraîné offre même la possibilité d'accéder au numéro de code du transpondeur de l'avion et donc de connaître son identité.

Bien entendu, un séparatiste mal entraîné pourrait rater toutes ces procédures et quand même lancer son missile.

Mais voilà, les Américains, pour des raisons que ma source ignore ou a refusé de partager, sont persuadés que la personne qui le 17 juillet, opérait le Buk Sa-11 était complètement qualifiée.

Alors ?

ESCORTE

Selon ma source - et j'insiste sur la nécessité de prendre cet élément avec toutes les précautions d'usage - le 16 juillet au soir, le gouvernement ukrainien, alarmé par la chute d'un Su-25 abattu par un Mig 29 de l'Armée de l'air russe, a pris une décision involontairement à l'origine du drame.

Toujours selon ma source, dès le lendemain, deux jets ukrainiens de style Su-27  suivant les nouvelles consignes volaient dans le ciel de l'Est ukrainien avec comme mission d'escorter tous les avions civils et militaires survolant une zone considérée comme dangereuse.

Oui, vous avez bien lu, mon informateur pense que quelques minutes avant le drame, le vol MH 17 était escorté par deux jets de l'armée de l'air d'Ukraine.

Et que c'est cette escorte qui est à l'origine de la décision des séparatistes de tirer immédiatement.

Pourquoi ? Car  non seulement le triple signal radar - le Boeing flanqué de deux jets - était une première, mais plus encore ne signifiait qu'une seule chose.

Si l'avion nécessitait une escorte, c'est qu'il s'agissait forcément d'un vol ukrainien de la plus haute importance, vraisemblablement des membres du gouvernement.

Et c'est pour cela que, selon ma source, prenant le MH 17 pour une cible ukrainienne de très haut intérêt, l'opérateur n'a pas vérifié le code du transpondeur, préoccupé qu'il était de faire mouche avant que son "gros" gibier soit hors de portée de ses missiles.

Comme je l'écrivais plus haut, si tout cela est plausible, la théorie demande des vérifications et des preuves.

Et c'est pour cela que désormais l'enquête doit faire face à l'émotion.

 

 

 

 

 

 

 

 

8 commentaire(s)

Maryse dutil dit :
21 juillet 2014 à 5 h 39 min

Lancez vous dans les scénarios de films

larry dit :
21 juillet 2014 à 6 h 07 min

Pourquoi cette avion civile se trouvait dans une zone de guerre. Est-ce que 1oo litres d'essence sont plus important que 300 vies humaines

Avogadro dit :
21 juillet 2014 à 7 h 03 min

Je suis persuadé que dans cet événement, comme dans d'autres précédemment, les dirigeants des pays impliqués et ceux des grandes puissances -type G8- savent exactement ce qui s'est passé, à la seconde près et même dans les heures qui ont précédé le fait. Mais nous, nous mettrons plusieurs années à connaître le réel scénario. Entre temps, ce ne sera que mensonges, suppositions, supputations, et théories farfelues devenues plausibles à force d'être répétées et relayées sur les réseaux sociaux. Mais comme la vie continue et qu'en tant que personne nous n'y pouvons pas grand chose, il ne nous reste qu'à lire un peu sur le sujet et poursuivre le chemin de notre vie. En attendant un autre drame.

Francois Pitou dit :
21 juillet 2014 à 8 h 51 min

Votre source a probablement lu Itar-Tass qui rapportait une theorie similaire il y a maintenant trois jours.Itar- Tass semble ne pas vouloir explorer cette these. Alors que vous suggerera votre source demain matin...Que l,avion vise l,a ete par l,Ukraine elle meme qui voulait abattre l,avion de Poutine qui revenait d, Amerique du Sud ou il avait assiste a la rencontre des pays emergeants....

Charles dit :
21 juillet 2014 à 9 h 34 min

Votre source, c'est votre imagination fertile...

M. Gosselin dit :
21 juillet 2014 à 15 h 13 min

Félicitation, vous avez l’honnêteté de dire que ce ne sont que des hypothèses et que nous devons attendre une enquête sérieuse.Je pense que c’est une séquence d’erreurs qui est à l’origine de ce drame. Mais on peut se poser des questions... - Que faisait un avion civile en zone de guerre ?

- L’avion de Poutine aurait survolé cette zone peut de temps avant ou après ?

- Si ce n’est pas une erreur à qui profite le plus ce crime ? Certainement pas aux Russes mais les Américains ont un lourd passé d’actes criminelles pour promouvoir leur politique de conflits et même de guerre.

En espérant savoir un jour la vérité mais j’en doute.

Herve F dit :
21 juillet 2014 à 15 h 38 min

Je me demande alors pourquoi les USA et les Ukrainiens ont affirmé que les lances missiles BUK de l’Ukraine n’étaient pas dans la région alors que les russes prouvent le contraire. pourquoi le président de l’Ukraine affirme que tous les avions étaient a terre a ce moment? comment un spécialiste des engins de lancement peut confondre un avion de ligne avec un avion militaire? pourquoi les USA n'ont pas crier au diable des qu'ils ont su que les rebelles pouvaient détruire un avion situé a 10km? pourquoi les américains ne montrent pas les images qu'ils disent avoir au lieu de se référer a des renseignements secrets?

Zwiki dit :
22 juillet 2014 à 11 h 10 min

Scénario plausible mais.... Si les autorités Ukrainiennes avaient peur il aurait plus prudent et intelligent de faire dérouter les avions civiles plutôt que de les escorter