/sports/others
Navigation

Nibali a répondu

Coup d'oeil sur cet article

Cette longue étape qui finissait dans les Pyrénées a été éprouvante pour le peloton. Nibali a gardé le contrôle, alors que les talents de rouleur de Rogers lui ont permis d’aller chercher l’étape.

Cette longue étape qui finissait dans les Pyrénées a été éprouvante pour le peloton. Nibali a gardé le contrôle, alors que les talents de rouleur de Rogers lui ont permis d’aller chercher l’étape.

Avec un classement général bien dessiné, les coureurs savaient qu’il valait le coup de prendre l’échappée du matin. Mais étant donné que le parcours ne comprenait pas de grandes difficultés avant le 140e km, ce n’est qu’au bout de 75 km d’attaques que l’échappée s’est formée avec 21 coureurs.

Lors du Tour l’an dernier, je me rappelle comment ces débuts d’étapes étaient difficiles. Entrant dans la troisième semaine de compétition, mon niveau d’énergie était bas. Quand je roulais les premiers kilomètres des étapes, j’avais l’impression de pédaler en forme de carré tellement mes jambes étaient fatiguées. Je n’arrivais pas non plus à fournir des efforts brusques, donc je pédalais avec un gros braquet et une cadence plus lente. Malgré les directives de mon directeur sportif, j’avais de la difficulté à rejoindre les échappées et je me concentrais plutôt à essayer de tenir le coup.

Cette année, je suis la course de Kévin Réza puisqu’il était mon compagnon de chambre durant le Tour. L’an dernier, il avait plus de difficulté que moi à suivre. Cette année, j’ai remarqué qu’il a bien progressé et qu’il est encore performant dans la dernière semaine, alors qu’il faisait partie des 21 coureurs en échappée. Ça démontre que le Tour, c’est réalisable, et que les années d’expérience jouent un grand rôle dans les performances des coureurs.

Pour revenir à la course, il y a eu du changement concernant le classement du meilleur jeune. Pinot a attaqué dans la dernière ascension et il a réussi à distancer Bardet pour s’emparer du maillot blanc. D’ailleurs, lors de son attaque, seulement Nibali a été en mesure de répondre. Il sera intéressant de le suivre aujourd’hui et demain pour savoir s’il sera capable de reprendre son retard sur Valverde qui est actuellement deuxième au classement général.

Rogers le rouleur

Après avoir tenu le coup dans le port de Balès, Roger a attaqué au bon moment pour aller chercher la victoire d’étape. Il est un autre exemple d’un coureur de type rouleur qui performe en montagne. Trois fois champion du monde de contre-la-montre, il a réussi à doser son effort dans l’ascension et ensuite à partir seul à moins de 5 km de l’arrivée.

L’étape de mercredi

Depuis quelques années, on a vu l’apparition de ces étapes «sprints» en montagne. Au lieu de faire des étapes à ne plus finir en montagne, l’organisateur mise plutôt sur des étapes courtes. C’est donc un condensé de cols sur 125 km que les coureurs auront à franchir aujourd’hui. Une étape courte ne veut pas pour autant dire que c’est plus facile. Au contraire, les vitesses sont plus élevées, et pour les coureurs en difficulté, ce sont les délais qui sont très courts!

Commentaires