/news/society
Navigation
Coupes

Coupes de 12 millions $: les syndiqués du CSSS de Laval manifestent

QMI_QMI_1407232027001
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI Les syndiqués du CSSS de Laval ont manifesté devant l'Hôpital de la Cité-de-la-Santé, à Laval.

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL – Les syndiqués du CSSS de Laval craignent le pire avec les compressions budgétaires imposées par le gouvernement Couillard. À Laval seulement, on annonce des compressions de 12 millions $.

Cette importante somme inclut un montant de 2,3 millions $ qui ne sera plus disponible en médecine et en chirurgie pour des dépassements de coûts, afin de répondre à l'augmentation de la demande de soins.

«On a déjà annoncé des coupures de postes au niveau des infirmières auxiliaires de nuit, au débordement, qui est un peu le prolongement de l'urgence», a expliqué Isabelle Dumaine, présidente du syndicat des infirmières du CSSS de Laval.

Les syndiqués du réseau de la santé montent au front. À Laval quelques centaines d'entre eux ont manifesté devant la Cité de la santé pour dénoncer les compressions budgétaires qui vont, selon eux, toucher directement les patients.

Pour commencer, ce sont six postes à temps complet d'infirmières auxiliaires qui ont été amputés.

Les autres suppressions seront connues en septembre. La Cité de la santé veut aussi diminuer le recours à la main-d'oeuvre indépendante et couper dans les heures supplémentaires.

Les syndiqués interpellent les membres du gouvernement Couillard, afin qu'ils reviennent sur leur décision.

«Le docteur Barrette a beau dire, comme ministre de la Santé, que les services à la population ne seront pas affectés, c'est tout faux!» a insisté Jean Lacharité, vice-président de la CSN.

Il y a une chose qui dérange les syndiqués plus que toutes les autres, c'est qu'il n'y a aucune coupe dans le personnel-cadre. Il y a 180 employés-cadres pour 6400 syndiqués dans ce CSSS.

«Au niveau du calcul ministériel et du balisage ministériel, nous n'avons aucun poste de cadre qu'il est requis de couper dans les trois prochaines années», a affirmé Caroline Barbir, directrice générale du CSSS de Laval.

Les manifestants sont convaincus que la population va en payer le prix.

«Ça va se traduire par du temps que les gens vont passer longtemps sur les listes d'attente, des services qui ne seront pas rendus», a-t-elle conclu.

D'autres compressions dont les montants ne sont pas connus sont prévues l'an prochain.

Commentaires