/sports/others
Navigation

Un Tour sous la pluie et rempli d’imprévus

Du début à la fin, Nibali a été constant et son équipe a été solide pour l’épauler

Coup d'oeil sur cet article

Hier, le Tour a terminé sur les Champs-Élysées son périple exigeant. Après 21 jours de course, plusieurs chutes dans le peloton et beaucoup de pluie, c’est l’italien Vincenzo Nibali qui remporte les honneurs du maillot jaune alors que Kittel a mis la main sur sa 4e victoire d’étape.

Hier, le Tour a terminé sur les Champs-Élysées son périple exigeant. Après 21 jours de course, plusieurs chutes dans le peloton et beaucoup de pluie, c’est l’italien Vincenzo Nibali qui remporte les honneurs du maillot jaune alors que Kittel a mis la main sur sa 4e victoire d’étape.

Durant la dernière étape, la compétition se fait seulement durant les 10 boucles de circuit au centre de Paris. Les premiers kilomètres sont donc en quelque sorte une parade, mais une fois sur les Champs, la course est féroce. Plusieurs coureurs attaquent et le rythme de course est très élevé. Hier on a pu voir beaucoup de mouvement, mais la victoire s’est tout de même jouée au sprint.

Encore une fois, Kittel a démontré sa supériorité au sprint. En voyant les images de côtés du sprint, on a pu sentir toute la puissance qu’il a transférée aux pédales en devançant Kristoff en l’espace d’une centaine de mètres. C’est impressionnant de voir à quel point il a été capable d’accélérer encore alors qu’il roulait probablement déjà à 65 km/h.

Rebondissements

Le circuit final ne comprend aucune difficulté au niveau des côtes, mais il ne faut pas sous-estimer les pavés. Avec la fatigue des 3 semaines de course dans les jambes, je me rappelle que j’avais l’impression de me faire secouer à chaque tour sur les boucles finales du parcours.

Cette édition 2014 fut une édition haute en rebondissement. Les abandons sur chutes des grands favoris Froome et Contador ont grandement influencé le déroulement de la course. Cela démontre à quel point les situations incontrôlables peuvent influencer la course. Froome et Contador sont deux excellents cyclistes qui ont mis tous leurs efforts et énergies à se préparer pour le Tour et à le planifier. Ils ont tout calculé avec leur équipe respective, mais ils ne pouvaient contrôler le mouvement du peloton et ils ont été victimes de chutes bêtes qui les ont contraints à l’abandon.

Nibali a su livrer une performance impressionnante. Du début à la fin, il a été constant et son équipe a été solide pour l’épauler. Il a porté le maillot durant 19 étapes, ce qui est énorme, et il a su gérer la pression et l’attention médiatique pour rester concentré et garder son maillot.

Révélation française

Les Français ont probablement connu la meilleure édition depuis 20 ans. Pinot a été excellent en montagne, Péraud a été solide tout au long et Bardet a définitivement été une révélation. Il ne faut pas non plus oublier la victoire d’étape de Gallopin et son jour en jaune. Quant aux autres, Majka a été impressionnant et il sera un coureur à suivre dans les prochaines années. Il faut aussi souligner l’accomplissement de nos deux Canadiens Tuft et Meier qui ont réussi l’exploit de terminer le Tour.

Même à sa 101e édition, on peut dire que le Tour a su encore une fois nous donner un excellent spectacle et j’espère vous l’avoir fait apprécier davantage à travers mes chroniques.

Commentaires